AccueilBloc-Notes

4 avril 2019.

Le Merleau d’Or 2019 récompense sept vidéos

C’est au Musée Gutenberg de Fribourg que la Société suisse de (...)

C’est au Musée Gutenberg de Fribourg que la Société suisse de l’industrie du gaz et de l’eau (SSIGE) a choisi de remettre cette année les différents prix de la 6e édition de son Merleau d’Or, un concours ouvert à des classes d’écoles secondaires pour des clips vidéo sur les enjeux de l’eau potable.

JPEG - 179.2 ko
Le premier prix toutes catégories a récompensé la réalisation d’une classe du Cycle
d’Orientation de la Veveyse (Châtel-Saint-Denis) pour "L’eau, source de vie". (Photo SSIGE)

Cette année la SSIGE et les parrains de cette 6e édition placée sous le thème de "L’eau au fil des rencontres" avaient reçu une bonne cinquantaine de vidéos réalisées par des classes des niveaux secondaires I et II de quatre cantons romands, dont une classe fribourgeoise de langue allemande. Le jury composé de spécialistes de la distribution d’eau et de la communication a mis en évidence l’originalité des scénarios, la bonne qualité des prises de vues et du montage. Il a également apprécié l’investissement des élèves et de leurs professeurs.

Les Merleau d’argent, jugés d’un excellent niveau, ont été décernés à deux établissements vaudois de Vevey et de La-Tour-de-Peilz. Ce dernier reçoit aussi un Merleau de bronze tout comme une école jurassienne de Bassecourt.

Les sept clips lauréats (dont le Merleau d’Or ci-dessus)
peuvent être visionnés sur la plateforme d’information de la SSIGE.





Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information