AccueilInfosOn en parle

10 janvier 2019.

Le Lac de Lugano n’échappe pas à la pollution plastique

En 2014, l’École polytechnique fédérale de Lausanne avait entrepris (...)

En 2014, l’École polytechnique fédérale de Lausanne avait entrepris d’étudier la présence de microparticules de plastiques dans six lacs suisses, dont le lac Majeur [1]. Le Département du territoire du Canton du Tessin, considérant le manque de données sur ce sujet concernant le Lac de Lugano, y a mené une étude similaire.

Ses premiers résultats [2] concluent à une pollution plastique moyenne d’environ 0,2 microparticule par mètre carré de surface lacustre. C’est un peu moins que les niveaux de pollution relevés sur le Lac Majeur et sur le Léman, mais à peu près le double de la moyenne suisse. Les chercheurs concluent que les plastiques et les microplastiques sont quasiment omniprésents dans le Lac de Lugano comme dans d’autres lacs suisses et étrangers.

Pour le gouvernement tessinois et selon les connaissances actuelles, "le risque que représentent les microplastiques pour l’environnement ne doit pas être sous-estimé." Il poursuivra donc ses activités de surveillance et lance d’ores et déjà une campagne de sensibilisation de la population sur le thème "moins de (micro)plastiques". (Source : Canton du Tessin)




Notes

[1Voir l’article aqueduc.info : Les eaux des lacs suisses ne manquent pas de … microplastiques ! (décembre 2014).

[2Repubblica e Cantone Ticino, Dipartimento del territorio, Studio sulla presenza di microplastiche nel Lago Ceresio (Novembre 2018).

Mots-clés

Glossaire

  • Débit résiduel

    Volume d’écoulement qui subsiste après un prélèvement dans un cours d’eau (par exemple pour des besoins d’irrigation ou de production d’énergie). Maintenir un minimum de débit et de profondeur d’eau en aval d’une installation est absolument indispensable pour préserver la qualité de l’eau, assurer la recharge des nappes souterraines, protéger la faune et la flore et offrir des possibilités de loisirs. En Suisse, le débit résiduel minimal à garantir dans les cours d’eau à débit permanents est défini par la législation fédérale.

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information