AccueilInfosOn en parle

10 janvier 2019.

Le Lac de Lugano n’échappe pas à la pollution plastique

En 2014, l’École polytechnique fédérale de Lausanne avait entrepris (...)

En 2014, l’École polytechnique fédérale de Lausanne avait entrepris d’étudier la présence de microparticules de plastiques dans six lacs suisses, dont le lac Majeur [1]. Le Département du territoire du Canton du Tessin, considérant le manque de données sur ce sujet concernant le Lac de Lugano, y a mené une étude similaire.

Ses premiers résultats [2] concluent à une pollution plastique moyenne d’environ 0,2 microparticule par mètre carré de surface lacustre. C’est un peu moins que les niveaux de pollution relevés sur le Lac Majeur et sur le Léman, mais à peu près le double de la moyenne suisse. Les chercheurs concluent que les plastiques et les microplastiques sont quasiment omniprésents dans le Lac de Lugano comme dans d’autres lacs suisses et étrangers.

Pour le gouvernement tessinois et selon les connaissances actuelles, "le risque que représentent les microplastiques pour l’environnement ne doit pas être sous-estimé." Il poursuivra donc ses activités de surveillance et lance d’ores et déjà une campagne de sensibilisation de la population sur le thème "moins de (micro)plastiques". (Source : Canton du Tessin)




Notes

[1Voir l’article aqueduc.info : Les eaux des lacs suisses ne manquent pas de … microplastiques ! (décembre 2014).

[2Repubblica e Cantone Ticino, Dipartimento del territorio, Studio sulla presenza di microplastiche nel Lago Ceresio (Novembre 2018).

Mots-clés

Mot d’eau

  • Eurêka !

    Comment mieux exprimer l’ivresse dont la raison, heureuse, fait flotter dans l’eau et l’intuition, bienheureuse, léviter dans l’air ? Archimède sentit le mouvement et se leva de l’émotion de ces deux éléments, comme s’il entendait le murmure des ondes et la vibration du vent. Et j’entends eurêka comme ce triple écho et du corps et de l’air et de l’eau. (Michel Serres [décédé le 1er juin 2019], "Biogée", 2010)

Glossaire

  • Karst

    Ce mot, dérivé du nom d’un haut-plateau des Balkans, s’applique à un relief ou à un massif dont les roches calcaires ont été fortement érodées par l’eau, en surface (dolines, emposieux, lapiaz, etc.) et en profondeur (cavernes, grottes, gouffres, etc.), ce qui se traduit aussi au fil des infiltrations en sous-sol par des structures très complexes de circulation d’eau et de résurgences. Ces formes géologiques portent ici et là différents noms, telles les "causses" dans le Massif central français.


Contact Lettre d'information