AccueilInfosOn en parle

10 janvier 2019.

Le Lac de Lugano n’échappe pas à la pollution plastique

En 2014, l’École polytechnique fédérale de Lausanne avait entrepris (...)

En 2014, l’École polytechnique fédérale de Lausanne avait entrepris d’étudier la présence de microparticules de plastiques dans six lacs suisses, dont le lac Majeur [1]. Le Département du territoire du Canton du Tessin, considérant le manque de données sur ce sujet concernant le Lac de Lugano, y a mené une étude similaire.

Ses premiers résultats [2] concluent à une pollution plastique moyenne d’environ 0,2 microparticule par mètre carré de surface lacustre. C’est un peu moins que les niveaux de pollution relevés sur le Lac Majeur et sur le Léman, mais à peu près le double de la moyenne suisse. Les chercheurs concluent que les plastiques et les microplastiques sont quasiment omniprésents dans le Lac de Lugano comme dans d’autres lacs suisses et étrangers.

Pour le gouvernement tessinois et selon les connaissances actuelles, "le risque que représentent les microplastiques pour l’environnement ne doit pas être sous-estimé." Il poursuivra donc ses activités de surveillance et lance d’ores et déjà une campagne de sensibilisation de la population sur le thème "moins de (micro)plastiques". (Source : Canton du Tessin)




Notes

[1Voir l’article aqueduc.info : Les eaux des lacs suisses ne manquent pas de … microplastiques ! (décembre 2014).

[2Repubblica e Cantone Ticino, Dipartimento del territorio, Studio sulla presenza di microplastiche nel Lago Ceresio (Novembre 2018).

Mots-clés

Mot d’eau

  • L’eau de Lao-Tseu

    Parmi toutes les choses du monde, il n’en est point de plus molle et de plus faible que l’eau, et cependant, pour briser ce qui est dur et fort, rien ne peut l’emporter sur elle. Pour cela rien ne peut remplacer l’eau. Ce qui est faible triomphe de ce qui est fort ; ce qui est mou triomphe de ce qui est dur. Dans le monde il n’y a personne qui ne connaisse [cette vérité], mais personne ne peut la mettre en pratique. (Lao-Tseu, "Tao Te King", LXXVIII.)

Glossaire

  • Source « améliorée »

    Cette notion est utilisée par l’OMS pour désigner une installation d’approvisionnement en eau qui, de par la nature de sa construction, protège l’eau de façon satisfaisante de toute contamination extérieure, en particulier des matières fécales. Les sources améliorées incluent : l’eau courante sous canalisation alimentant le domicile, les forages ou puits tubulaires, les puits creusés protégés, les sources protégées et les citernes d’eau de pluie. L’eau en bouteille ne figure pas dans cette liste car la quantité d’eau ainsi fournie est limitée.


Contact Lettre d'information