AccueilRessourcesOutils

11 avril 2013.

Le Jet d’eau de Genève vu d’un drone

Vidéo de Fabio Chironi – aerialworks.org Le 22 mars 2013, journée (...)

Vidéo de Fabio Chironi – aerialworks.org

Le 22 mars 2013, journée mondiale de l’eau, le temps maussade de la semaine fait place à un ciel complètement dégagé, le vent est quasi nul, la météo parfaite.

Le photographe Fabio Chironi, par ailleurs fondateur de la société Aerial Works spécialisée dans la vidéo et la photographie aériennes, décide alors d’utiliser son drone muni d’une caméra pour filmer le Jet d’eau de Genève.

Avec le feu vert de Skyguide, le contrôleur aérien suisse, il va faire voler son appareil durant un quart d’heure autour et au-dessus du Jet d’eau. À l’arrivée, des images insolites et inédites de ce qui est depuis 1861 l’un des fleurons du patrimoine genevois.





© Aerial Works et Fabio Chironi, avec son aimable autorisation


En bref, les données techniques du Jet d’eau de Genève :
- Hauteur maximum du jet : 140 mètres
- Vitesse de sortie de l’eau : 200 km/h
- Débit : 500 litres/seconde
- Tuyère spéciale projetant un tube d’eau de 16 cm de diamètre.
- Moto-pompes : 2 groupes d’une puissance totale de 1’000 kW

- En savoir plus sur le Jet d’eau sur le site des Services industriels de Genève qui en sont propriétaires et en assurent l’exploitation



Mots-clés

Agenda

Mot d’eau

  • Le Lac

    “Si près qu’ils approchent du lac, les hommes n’en deviennent pas pour ça grenouilles ou brochets. Ils bâtissent leurs villas tout autour, se mettent à l’eau constamment, deviennent nudistes… N’importe. L’eau traîtresse et irrespirable à l’homme, fidèle et nourrissante aux poissons, continue à traiter les hommes en hommes et les poissons en poissons. Et jusqu’à présent aucun sportif ne peut se vanter d’avoir été traité différemment”. (Henri Michaux, "La nuit remue", 1935)

Glossaire

  • Limnologie

    Père de la limnologie (du grec "limné", lac, étang), le savant suisse François-Alphonse Forel (1841-1912) parlait d’elle comme de "l’océanographie des lacs". Il la définissait comme la "science des eaux continentales, des eaux stagnantes réunies dans des bassins limités et profonds, qui ne sont ni des fleuves ou rivières, ni des marais ou étangs, ni des eaux souterraines". Aujourd’hui, cette discipline a pris le sens plus large d’étude de tous les aspects écosystémiques des lacs et des grands réservoirs naturels d’eau douce à ciel ouvert.


Contact Lettre d'information