AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2012

10 octobre 2012.

La rade de Genève : du glacier aux lacustres

Genève, 10 octobre - 12 décembre 2012 Cette exposition - qui (...)

Genève, 10 octobre - 12 décembre 2012

Cette exposition - qui coïncide avec la fin des fouilles archéologiques sur le site du Plonjon, au large du quai Gustave Ador (rive gauche) - invite ses visiteurs à parcourir l’histoire des découvertes des sites littoraux de la rade de Genève, ainsi qu’à mieux comprendre l’évolution de son paysage, de l’époque glaciaire à l’âge de bronze.

Ces sites appartiennent à quatre grandes périodes de la préhistoire, entre 4’000 et 850 ans avant notre ère. Ces périodes sont illustrées par des ensembles d’objets archéologiques, jamais encore montrés au public, liés à d’anciennes activités humaines.

JPEG - 8.6 ko

Un volet pédagogique (construction de cabanes préhistoriques, reconstitution de céramiques, etc.) permet également aux plus jeunes de s’immerger dans cet univers passionnant. Des conférences et des visites guidées sont également prévues durant la durée de l’exposition.





Exposition
La rade de Genève : du glacier aux lacustres
Espace ExpoSIG, Pont de la Machine, Genève
Informations détaillées sur le site Espace ExpoSIG




Mots-clés

Glossaire

  • Pénurie

    Les pénuries surviennent lorsqu’il n’y a pas assez d’eau pour satisfaire à la fois les demandes humaines et les besoins de la nature, soit parce que cette eau fait physiquement défaut, soit parce que la demande est excessive ou que la ressource a été surexploitée, soit parce que le manque d’infrastructures, de moyens financiers ou de compétences techniques ne permet pas à une population de s’approvisionner en eau de quantité et de qualité suffisantes, soit aussi parce que des groupes humains sont empêchés par d’autres d’y avoir accès.

Mot d’eau

  • Un grand fleuve

    C’est le destin de tous les grands fleuves que d’être unique au monde, et chacun pour lui sans jamais pouvoir en toucher d’autres autrement que pour l’absorber (...) Le Fleuve, même si proche, ignore tous ses congénères. Il ne se sépare de l’immense nappe souterraine que pour couler aussitôt une âpre vie singulière, isolée par des barrières que jamais son Génie ne surmontera, et delà, on sait vers quel néant marin il se dissout ... (Victor Segalen, 1878-1919)


Contact Lettre d'information