AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2010

20 mars 2010.

La qualité de l’eau passe par les forêts et les zones humides

À l’occasion de la Journée Mondiale de l’Eau 2010, le Secrétariat de (...)

À l’occasion de la Journée Mondiale de l’Eau 2010, le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique diffuse un rapport sur L’eau, les zones humides et les forêts : Revue des liens écologiques, économiques et politiques. Avec, pour objectif, de sensibiliser davantage les décideurs et l’opinion publique au rôle crucial que jouent les forêts et les zones humides dans le maintien de la disponibilité et de la qualité de l’eau, essentielle à tout être vivant.

L’eau propre, rappelle ce document d’une quarantaine de pages, est une denrée précieuse dont la valeur économique dépasse largement le bénéfice immédiat que l’on peut retirer de l’exploitation des forêts et des zones humide. Entretenues de manière correcte, les unes et les autres assurent un approvisionnement en eau propre et sûre pour la consommation. Lorsqu’elles sont mal gérées, elles obligent à dépenser beaucoup d’argent dans des infrastructures supplémentaires de traitement de l’eau. Autrement dit, mieux vaut prévenir que guérir, et mieux vaut investir dans la réhabilitation de l’environnement naturel.

Ce rapport comporte quelques messages clés, notamment :
- Un tiers environ des plus grandes villes du monde tirent une bonne part de leur approvisionnement en eau potable des zones protégées forestières ;
- Les zones humides et les forêts interagissent avec l’eau : pour produire des écosystèmes sains et productifs, pour réguler les crues et assurer un débit d’eau plus ou moins constant durant les périodes d’étiage. Bien des forêts dépendent de l’eau souterraine pour leur survie et comptent sur les zones humides pour se reconstituer.
- Les fonctions de contrôle de l’eau des forêts contribuent de façon significative à leur valeur, et ces valeurs peuvent être supérieures à celles des bois de coupe, du tourisme et du stockage du carbone ;
- La mauvaise gestion des forêts et des zones humides peut affecter négativement la qualité de l’eau et la diversité biologique. Il est donc impératif de prendre en compte les écosystèmes dans leur intégralité et ainsi que les impacts que les activités humaines peuvent avoir sur eux.
- Les forêts contrôlent l’érosion du sol et la pollution, et préviennet ainsi la désertification et la salinisation.

(Source : Rapport du Secrétariat de la Convention sur la biodiversité biologique, CDB)

Liens utiles

- L’eau, les zones humides et les forêts : Revue des liens écologiques, économiques et politiques, Rapport n°47 de la Série technique de la Convention (téléchargeable, en anglais seulement)
- Site de la Convention sur la Diversité Biologique




Mots-clés

À paraître

Glossaire

  • Débâcle

    Dislocation soudaine de la couverture de glace d’un cours d’eau dont les blocs sont alors emportés rapidement par le courant. Lorsqu’il s’agit de la rupture d’une barrière naturelle de glace formant une retenue d’eau, on parle alors de vidange brutale de lac glaciaire (connue sous l’acronyme anglais de GLOF, “Glacial lake outburst flood”). Dans les deux cas, ce phénomène peut entraîner de graves inondations, voire des catastrophes.

Mot d’eau

  • « Et tous ces gens
    dans l’eau ... »

    “Je pense toujours à cette rivière quelque part, avec cette eau qui coule vraiment vite. Et tous ces gens dans l’eau, qui essaient de se raccrocher les uns aux autres, qui s’accrochent aussi fort qu’ils peuvent, mais à la fin c’est trop difficile. Le courant est trop puissant. Ils doivent lâcher prise, se laisser emporter chacun de son côté. Je pense que c’est ce qui nous arrive, à nous.” (Kazuo Ishiguro, "Auprès de moi toujours", 2005)


Contact Lettre d'information