AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2009

12 mars 2009.

La demande en eau dans le monde n’a jamais été aussi forte

Publié tous les trois ans, le Rapport mondial des Nations Unies (...)

Publié tous les trois ans, le Rapport mondial des Nations Unies sur l’évaluation des ressources en eau met l’accent, dans son 3e tome dont la parution coïncide avec le 5e Forum mondial de l’eau (Istanbul, 16-22 mars 2009), sur l’importance de l’eau dans le développement et la croissance économique. Avec ce constat : la demande en eau sur la planète n’a jamais été aussi forte et il faut en chercher la raison dans la croissance démographique, l’évolution des modes de consommation alimentaire et l’accroissement des besoins en énergie. À quoi s’ajoutent les effets déjà perceptibles de changements climatiques qui exercent une pression croissante sur les ressources hydriques.

Ce troisième rapport mondial, qui cette fois-ci a pour titre « L’eau dans un monde qui change », a pour ambition d’offrir à chaque fois une évaluation la plus complète et la plus actualisée possible des ressources en eau douce de la planète. Sa rédaction est le fruit de la collaboration entre une bonne vingtaine d’agences et d’offices spécialisés des Nations Unies coordonnés sous l’égide d’un programme spécial de l’UNESCO. Directeur général de cette dernière, Koïchiro Matssura ne se montre guère optimiste. À l’entendre, le domaine de l’eau souffrirait de trois graves carences : le manque d’intérêt chronique du monde politique, la mauvaise gouvernance et le sous-investissement.

Certains pays atteignent déjà les limites de leurs ressources en eau. Mais il existe des moyens de réduire les déperditions, d’améliorer la gestion de l’eau ou de réduire la demande. Hélas, constate le rapport onusien, les réformes entreprises n’ont guère eu de succès jusqu’ici car elles restent trop souvent cantonnées au seul domaine de l’eau. Si l’on veut être efficace dans ce domaine, il faut prendre également en compte les secteurs de l’agriculture, de l’énergie, du commerce et de la finance, car ils ont tous un impact déterminant sur la gestion de l’eau.

Insuffisance de l’accès à l’eau et à l’assainissement

Le rapport rappelle d’abord les données que toutes les publications ne cessent de répéter depuis le tournant du siècle, à savoir que l’accès aux services de base liés à l’eau (eau potable, assainissement et production alimentaire) est absolument insuffisant pour une large part du monde en développement. Même si globalement la couverture des besoins domestiques en eau potable paraît devoir s’améliorer, c’est loin d’être le cas tout particulièrement en Afrique sub-saharienne. S’agissant des équipements sanitaires, on estime que dans 20 ans plus de cinq milliards de personnes (les 2/3 de la population mondiale) ne disposeront pas d’un accès à des installations décentes. Avec les conséquences que cela impliquera pour la santé quand on sait qu’actuellement 80% des maladies sont liées à l’eau et qu’elles causent la mort prématurée de trois millions de personnes chaque année, dont une majorité d’enfants.

Pressions en hausse sur la demande

En un demi-siècle, les prélèvements d’eau douce ont triplé et les surfaces irriguées ont été multipliées par deux, à cause surtout de la croissance démographique. Chaque année, la demande supplémentaire en eau représente quelque 60 milliards de mètres cubes et touche parfois des pays où l’accès à l’eau est déjà restreint.

L’agriculture demeure le secteur le plus gourmand en eau puisqu’il représente à lui seul les deux tiers des prélèvements. Si rien n’est fait pour rationnaliser les usages de cette ressource dans le secteur agricole, sa demande ne cessera d’augmenter.

À noter aussi que des changements dans les comportements alimentaires : la demande en viande et en produits laitiers augmente rapidement dans des pays qui jusqu’ici en faisaient une relativement faible consommation. La demande hydrique n’en est que plus forte puisque la production de viande nécessite 3 à 4 fois plus d’eau que les cultures céréalières.

Quant à la production de biocarburants, qui s’est accrue ces dernières années, elle pèse également sur la ressource puisqu’il faut quelque 1’000 à 4’000 litres d’eau pour produire un litre de carburant dit vert.

Les effets du changement climatique

Les météorologues prédisent un réchauffement planétaire induisant une intensification et une accélération du cycle hydrologique, ce qui pourrait se traduire par une augmentation des niveaux d’évaporation et des précipitations. On devrait s’attendre aussi à des répercussions sur la qualité de l’eau et sur la fréquence accrue de phénomènes comme les sécheresses ou les inondations.

Par ailleurs, la pénurie que connaîtront certaines régions arides et semi-arides aura un impact décisif sur les migrations. On estime que des dizaines voire des centaines de millions de personnes pourraient être forcées de quitter leurs lieux de vie pour des raisons liées à la pénurie d’eau.

Investir dans le secteur de l’eau

Les auteurs du rapport sont d’avis que les investissements faits dans le secteur de l’eau constitueront à l’avenir un des éléments clés du développement économique et social. Investir dans l’eau, disent-ils, se révèle rentable à différents points de vue alors que le manque d’investissements peut gravement affecter le niveau de vie des populations. Selon certaines études, chaque dollar investi pour améliorer l’accès à l’eau se traduirait par des gains variant de 3 à 34 dollars.

L’investissement dans les infrastructures d’adduction d’eau et d’assainissement est également rentable pour l’environnement : aujourd’hui, plus de 80% des eaux usées dans les pays en développement sont rejetées sans subir aucun traitement. Compte tenu des impacts positifs qu’engendreraient les investissements dans les infrastructures liées à l’eau, le pourcentage du budget consacré par les gouvernements et l’aide publique à ces domaines paraît totalement inadéquat. Qui plus est, l’aide publique au développement allouée au domaine de l’eau est en diminution et ne représente que quelques petits 5 % à peine du flux total de l’aide.

Lutter contre la corruption

Dans certains pays, près d’un tiers des budgets consacrés à l’eau seraient détournés de leur affectation initiale. Les formes de corruption les plus répandues se traduisent par des falsifications des volumes de consommation, du favoritisme dans les commandes d’équipement et du népotisme dans l’attribution des marchés publics. Ces pratiques sont hélas trop peu combattues et les investisseurs comme les organismes d’aide au développement préfèrent se concentrer sur des pays moins exposés.

Mieux gérer l’eau

Le rapport propose des exemples concrets de pays qui, selon les experts, ont déjà commencé à intégrer leur stratégie de gestion des ressources en eau à leur plan de développement. Sont ainsi cités la Zambie, la Turquie pour son projet d’Anatolie du Sud-Est, l’Australie pour ses mesures de restrictions, les pays d’Afrique du Nord et du Proche et Moyen-Orient pour leur lutte contre les déperditions d’eau, le recyclage des eaux usées à des fins agricoles ou encore les projets de désalinisation de l’eau de mer. (Source : Unesco/WWAP)


- Le Rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau (WWDR) est disponible en ligne (version anglaise seulement) sur le site Unesco du Programme mondial pour l’évaluation des ressources en eau (WWAP)




Infos complémentaires


:: "Il faut sortir du monde clos des spécialistes de l’eau"

"Il ne s’agit pas d’un rapport prescriptif. Si les crises de l’eau sont locales, la météorologie, elle, est mondiale. Nous connaissons aujourd’hui différentes crises de l’eau, mais nous ne sommes pas dans une situation de crise généralisée de l’eau. Nous attirons l’attention sur le fait que ces crises doivent être traitées et que l’eau doit être considérée comme un élément faisant partie d’un cadre plus large de décision. Le secteur de l’alimentation en fournit un bon exemple. On ne peut en effet augmenter la production, sans les ressources ad hoc, comme l’eau d’irrigation. La crise alimentaire ne peut être réglée de manière isolée car on risque de créer une pression sur les ressources en eau."

Olcay Ünver, coordinateur du Programme mondial pour l’évaluation des ressources en eau - UnescoPresse, mars 2009)


:: "Notre eau bien-aimée, malmenée"

Le numéro 2009/3 du COURRIER DE L’UNESCO est précisément consacré à ce troisième Rapport mondial sur les ressources en eau. On y trouve quelques exemples de stratégies visant à mieux gérer l’eau et éviter les abus. Entre autres sujets :

- L’eau entre le champ et la fourchette
- Les Scorpions bleus attaquent
- Le Yangtsé ou le voyage dans le temps
- L’Australie tourne la page

Lire le dossier sur le site de l’UNESCO

Mots-clés

À paraître

Glossaire

  • Débâcle

    Dislocation soudaine de la couverture de glace d’un cours d’eau dont les blocs sont alors emportés rapidement par le courant. Lorsqu’il s’agit de la rupture d’une barrière naturelle de glace formant une retenue d’eau, on parle alors de vidange brutale de lac glaciaire (connue sous l’acronyme anglais de GLOF, “Glacial lake outburst flood”). Dans les deux cas, ce phénomène peut entraîner de graves inondations, voire des catastrophes.

Mot d’eau

  • « Et tous ces gens
    dans l’eau ... »

    “Je pense toujours à cette rivière quelque part, avec cette eau qui coule vraiment vite. Et tous ces gens dans l’eau, qui essaient de se raccrocher les uns aux autres, qui s’accrochent aussi fort qu’ils peuvent, mais à la fin c’est trop difficile. Le courant est trop puissant. Ils doivent lâcher prise, se laisser emporter chacun de son côté. Je pense que c’est ce qui nous arrive, à nous.” (Kazuo Ishiguro, "Auprès de moi toujours", 2005)


Contact Lettre d'information