AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2015

16 novembre 2015.

La Suisse inaugure un panel mondial sur l’eau instrument de paix

Un panel international indépendant, composé de quinze personnalités (...)

Un panel international indépendant, composé de quinze personnalités issues du monde politique, académique, du secteur privé et de la société civile, a été officiellement inauguré à Genève par Didier Burkhalter, ministre suisse des affaires étrangères : ce groupe d’experts aura pour tâche au cours des deux prochaines années de formuler des propositions sur les instruments et les institutions à mettre en place pour prévenir et réduire les conflits liés à l’eau au niveau mondial et régional.

"L’eau est une ressource indispensable à la santé, à la sécurité alimentaire, à l’énergie ou aux écosystèmes. Elle est au cœur du développement durable, constate le chef de la diplomatie suisse dans son discours inaugural. Mais l’eau n’est pas qu’une question de développement. C’est également une question de sécurité. La compétition entre les usages de l’eau peut causer ou alimenter des conflits. La mauvaise gouvernance renforce également le risque de conflits, notamment par son impact sur la distribution et la disponibilité des ressources en eau."

Convaincue que la sécurité de l’eau représente donc un défi majeur pour le monde actuel comme pour les générations futures, et qu’il importe de faire de l’eau un véritable instrument au service de la paix, la Suisse s’est depuis quelques années engagée dans ce qu’il est convenu d’appeler une "diplomatie bleue". "Nous sommes devenus particulièrement actifs, poursuit Didier Burkhalter, dans le développement de nouveaux mécanismes pour négocier et coordonner les politiques de l’eau pouvant promouvoir la diplomatie quant aux eaux de surface et souterraines en Afrique, Asie et Amérique Latine. La Suisse supporte et facilite les efforts de renforcement de la bonne gouvernance ainsi que des mécanismes de gestion dans dix-sept grands bassins fluviaux transfrontaliers."

Passer de situations conflictuelles
à des cadres de coopération

Même si les guerres directement liées au contrôle des ressources hydriques sont plutôt rares, les situations conflictuelles autour de l’eau sont bel et bien réelles. Le ministre suisse aura mis le doigt notamment sur la Syrie, où dit-il la moitié de la capacité des infrastructures de production d’eau du pays a été perdue en raison de la guerre, et sur l’Irak où des organisations extrémistes ont notamment pris le contrôle de barrages et menacent d’inonder les zones en aval : "de telles méthodes de guerre sont une violation flagrante du droit humanitaire international".

Mais il existe aussi de nombreux exemples démontrant le rôle de l’eau comme instrument de paix. Didier Burkhalter cite en particulier l’Organisation de bassin du fleuve Sénégal et son modèle de coopération transfrontalière qui aujourd’hui contrôle l’ensemble des infrastructures d’eau liées au fleuve dans les quatre pays qu’il traverse (Sénégal, Mauritanie, Mali et Guinée) .

Un mandat de deux ans

En créant un panel de haut niveau qui travaillera étroitement avec les Nations Unies et pourra s’appuyer sur de nombreux acteurs de la Genève Internationale engagés eux aussi sur des thématiques liées à l’eau, la diplomatie suisse fait un pas de plus vers l’objectif qu’elle s’est donné. Cette institution, présidée par Danilo Türk, ancien président de la Slovénie, a pour mandat, dans les deux années à venir, d’identifier des mécanismes économiques et financiers favorisant la coopération multisectorielle et transfrontalière, d’examiner les moyens efficaces de prévention et de résolution des conflits liés aux usages de l’eau, de promouvoir la mise en œuvre des conventions globales sur l’eau et les meilleures pratiques de coopération dans ce domaine. (bw)


- Pour en savoir plus sur l’action de la Suisse dans le domaine de la "diplomatie bleue", voir le document officiel Eau et sécurité - Lignes d’action du DFAE,
(sur le site du Département fédéral des Affaires étrangères)

- Voir aussi l’article aqueduc.info : La diplomatie suisse veut faire de l’accès à l’eau un outil de promotion de la paix, 14 septembre 2015



Mots-clés

Mot d’eau

  • Le Lac

    “Si près qu’ils approchent du lac, les hommes n’en deviennent pas pour ça grenouilles ou brochets. Ils bâtissent leurs villas tout autour, se mettent à l’eau constamment, deviennent nudistes… N’importe. L’eau traîtresse et irrespirable à l’homme, fidèle et nourrissante aux poissons, continue à traiter les hommes en hommes et les poissons en poissons. Et jusqu’à présent aucun sportif ne peut se vanter d’avoir été traité différemment”. (Henri Michaux, "La nuit remue", 1935)

Glossaire

  • Limnologie

    Père de la limnologie (du grec "limné", lac, étang), le savant suisse François-Alphonse Forel (1841-1912) parlait d’elle comme de "l’océanographie des lacs". Il la définissait comme la "science des eaux continentales, des eaux stagnantes réunies dans des bassins limités et profonds, qui ne sont ni des fleuves ou rivières, ni des marais ou étangs, ni des eaux souterraines". Aujourd’hui, cette discipline a pris le sens plus large d’étude de tous les aspects écosystémiques des lacs et des grands réservoirs naturels d’eau douce à ciel ouvert.


Contact Lettre d'information