AccueilInfosOn en parle

27 mai 2011.

La Lune renfermerait bien plus d’eau qu’on ne le pensait jusqu’ici

Selon une équipe de chercheurs américains, emmenée par le (...)

Selon une équipe de chercheurs américains, emmenée par le géochimiste Erik Hauri, de la Carnegie Institution à Washington, et dont une synthèse des travaux a été publiée sur le site en ligne de la revue ‘Science’, le sous-sol de la Lune contiendrait cent fois plus d’eau qu’on ne le pensait jusqu’ici.

Les auteurs de l’étude sont parvenus à cette conclusion après avoir découvert des molécules d’eau ainsi que d’autres éléments volatils à l’intérieur de magma prisonnier dans des obsidiennes, ces petites billes de cristal volcanique ramenées par des astronautes lors de la dernière mission lunaire, celle d’Apollo 17 en décembre 1972. Leur concentration serait, disent-ils, assez proche de celle que l’on trouve dans la lave provenant de la partie supérieure du manteau terrestre.

Cette découverte, estiment certains chroniqueurs, conforterait certes la théorie selon laquelle la Terre et la Lune ont une origine commune. Mais elle forcerait aussi les scientifiques à reconsidérer le processus de formation de la Lune. Jusqu’ici, on pensait généralement que qu’elle résultait de la collision d’un astéroïde avec la Terre, un cataclysme qui aurait alors provoqué l’éclatement de nombreux matériaux qui se seraient ensuite agglutinés pour former son unique satellite naturel.

La découverte d’une importante quantité d’eau à l’intérieur de la Lune obligera les savants à faire de nouvelles recherches pour affiner, voire même réviser cette théorie, de même que celle concernant la présence de glace dans des cratères proches du pôle sud de la Lune et dont on pensait qu’elle provenait de comètes et de météorites qui se s’étaient écrasées sur le sol lunaire. Mais peut-être s’agirait-il d’eau gelée résultant d’éruptions de magma. (Source : magazine ‘Science Express’)

- Référence de l’étude ‘High Pre-Eruptive Water Contents Preserved in Lunar Melt Inclusions’
sur le site
www.sciencemag.org




Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information