AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2011

9 juin 2011.

La FAO appelle les pays à mieux tenir leur comptabilité de l’eau

Dans une nouvelle étude qu’elle publie sur le changement (...)

Dans une nouvelle étude qu’elle publie sur le changement climatique, l’eau et la sécurité alimentaire, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) met en garde la communauté internationale quant aux impacts annoncés de ces changements sur les disponibilités en eau pour l’agriculture et sur la productivité des cultures. Parmi les actions à mener sans tarder, l’amélioration de la capacité des pays à mettre en œuvre des systèmes efficaces de "comptabilité de l’eau" devrait être quasi prioritaire.

Dans ce rapport exhaustif, la FAO propose un inventaire des connaissances scientifiques actuelles sur les conséquences annoncées du changement climatique pour l’utilisation de l’eau dans le secteur agricole. Dans de nombreuses régions du globe, cela se traduira par une réduction du débit des rivières et du rechargement en eau des aquifères, ailleurs par une diminution du débit des cours d’eau alimentés par la fonte des glaciers et des neiges, ou dans les deltas par la montée du niveau des mers et une augmentation de la salinité.

Une accélération du cycle hydrologique de la planète est également à prévoir, car la hausse des températures augmentera les taux d’évaporation à partir des sols et des mers. Cette augmentation des températures entraînera une régression à la fois du potentiel de rendement en eau et de la productivité des cultures, et allongera la saison de croissance dans les zones tempérées de l’hémisphère nord tout en la réduisant presque partout ailleurs.

S’agissant des actions qui peuvent être entreprises pour relever ces défis, le rapport de l’organisation pointe le doigt sur l’amélioration de la capacité des pays à mettre en œuvre des systèmes efficaces de "comptabilité de l’eau". À savoir : mesurer de manière rigoureuse l’approvisionnement en eau, les transferts et les transactions, pour prendre ensuite les meilleures décisions possibles sur la gestion et l’utilisation de la ressource.

" Dans la plupart des pays en développement, note le rapport, la comptabilité de l’eau est très limitée, et les procédures d’attribution sont inexistantes ou mal développées (…) Aider les pays en développement à acquérir de bonnes pratiques de comptabilité de l’eau et à développer des systèmes robustes et flexibles d’attribution de l’eau sera la première priorité."

Les producteurs agricoles auront sans doute à modifier leurs modèles culturaux pour pouvoir planter plus tôt ou plus tard et réduire ainsi leur utilisation de l’eau tout en optimisant l’irrigation, à améliorer les rendements et la productivité en adoptant par exemple des pratiques de conservation de l’humidité des sols ou en développant des systèmes agroforestiers mixtes qui assurent une meilleure rétention de l’eau.

L’étude de la FAO reconnaît toutefois qu’adopter de telles stratégies ne sera pas tâche facile pour les petits producteurs des pays en développement, limités qu’ils sont dans leur marge de manœuvre par la petite taille de leurs exploitations et leur faible capacité d’accès aux moyens de financement. (Source : FAO)




Infos complémentaires

JPEG - 6.1 ko

- Le rapport ‘Climate change, water and food security’ (200 pages, en anglais seulement) est disponible sur le site de la FAO

Mots-clés

À paraître

Agenda

Glossaire

  • Eau de Javel

    Appellation populaire, du nom d’un quartier parisien, d’une solution aqueuse d’hypochlorite de sodium, de couleur jaunâtre et à forte odeur de chlore, souvent employée, diluée dans l’eau, comme désinfectant, détachant ou décolorant. De nombreux produits ménagers de nettoyage, de lessive et de vaisselle en contiennent à des concentrations variables. Elle est également utilisée pour la potabilisation de l’eau, dans les piscines, dans les stations d’épuration et dans l’industrie, notamment dans les papeteries.

Mot d’eau

  • La communauté, nappe souterraine

    “La communauté est une nappe affective souterraine et chacun boit la même eau à cette source et à ce puits qu’il est lui-même – mais sans le savoir, sans se distinguer de lui-même, de l’autre ni du Fond.” (Michel Henry, "Phénoménologie matérielle", 1990)


Contact Lettre d'information