AccueilInfosOn en parle

24 janvier 2006.

La Bolivie se dote d’un Ministère de l’Eau

En Bolivie, le nouveau président Evo Morales a nommé les membres de (...)

En Bolivie, le nouveau président Evo Morales a nommé les membres de son gouvernement. Il en a exclu les habituels technocrates issus de l’élite pour nommer des leaders autochtones et des socialistes issus des mouvements populaires. Il a également créé un Ministère de l’Eau dont il a confié la responsabilité à Abel Mamani, opposant de longue date aux compagnies privées qui gèrent l’eau potable au pays.

Les mouvements sociaux qui luttent contre la privatisation de l’eau ont acquis une renommée internationale. En institutionnalisant un domaine gouvernemental consacré à l’eau, Evo Morales leur donne un poids supplémentaire et donne un clair signal politique pour que soit garanti l’accès de cette ressource à toute la population et la préservation de son caractère public. “L’eau, dit-il, ne peut pas être une affaire privée, en faire une marchandise est une violation des droits humains. La ressource eau doit être un service public”.

La logique de privatisation qui était celle de la Bolivie au cours des deux dernières décennies avait favorisé une gestion non intégrée des ressources aquifères, ce qui facilitait les concessions privées. Le défi du nouveau gouvernement en la matière sera d’unifier en une seule structure – le Ministère de l’Eau - les différents réseaux qui administraient jusqu’ici de manière séparée la distribution publique de l’eau, de manière à avoir un contrôle effectif de ses utilisations, y compris les utilisations industrielles

Il lui faudra également élaborer une politique nationale des ressources hydriques et des normes juridiques qui protègent les droits des communautés rurales et indigènes en matière d’accès aux services d’eau potable et d’assainissement comme en matière d’usages agricoles et forestiers et d’irrigation. (Sources : reuters et bollpress.com)

Bolpress, Noticias de Bolivia




Mots-clés

À paraître

Agenda

Glossaire

  • Eau de Javel

    Appellation populaire, du nom d’un quartier parisien, d’une solution aqueuse d’hypochlorite de sodium, de couleur jaunâtre et à forte odeur de chlore, souvent employée, diluée dans l’eau, comme désinfectant, détachant ou décolorant. De nombreux produits ménagers de nettoyage, de lessive et de vaisselle en contiennent à des concentrations variables. Elle est également utilisée pour la potabilisation de l’eau, dans les piscines, dans les stations d’épuration et dans l’industrie, notamment dans les papeteries.

Mot d’eau

  • La communauté, nappe souterraine

    “La communauté est une nappe affective souterraine et chacun boit la même eau à cette source et à ce puits qu’il est lui-même – mais sans le savoir, sans se distinguer de lui-même, de l’autre ni du Fond.” (Michel Henry, "Phénoménologie matérielle", 1990)


Contact Lettre d'information