AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2006

31 janvier 2006.

La Bolivie d’Evo Morales a désormais son Ministère de l’eau

En Bolivie, le nouveau président Evo Morales, à peine entré en (...)

En Bolivie, le nouveau président Evo Morales, à peine entré en fonction, a aussitôt décidé de créer un Ministère de l’Eau dont il a confié la responsabilité à Abel Mamani, opposant de longue date aux compagnies privées qui gèrent l’eau potable au pays. En institutionnalisant un domaine gouvernemental consacré à l’eau, il renforce du même coup l’influence des mouvements sociaux qui luttent contre la privatisation de l’eau et dont la renommée a largement dépassé les frontières du pays.

Cette décision a valeur de signal politique pour que soit garanti l’accès de cette ressource à toute la population et la préservation de son caractère public. “L’eau, dit Evo Morales, ne peut pas être une affaire privée, en faire une marchandise est une violation des droits humains. La ressource eau doit être un service public”.

La logique de privatisation qui était celle de la Bolivie au cours des deux dernières décennies avait favorisé une gestion non intégrée des ressources aquifères, ce qui facilitait les concessions privées. Le défi du nouveau gouvernement en la matière sera d’unifier en une seule structure (le Ministère de l’Eau) les différents réseaux qui administraient jusqu’ici séparément la distribution publique de l’eau, de manière à avoir un contrôle effectif de ses utilisations, y compris les utilisations industrielles.

Il lui faudra également élaborer une politique nationale des ressources hydriques et des normes juridiques qui protègent les droits des communautés rurales et indigènes en matière d’accès aux services d’eau potable et d’assainissement comme en matière d’usages agricoles et forestiers et d’irrigation.

Cochabamba gagne son autre bataille

L’arrivée au pouvoir de Evo Moralès a quelque peu éclipsé une autre information de toute première importance pour les militants de l’eau publique, à savoir le renoncement de la grande multinationale américaine Bechtel à ses tentatives judiciaires d’obtenir 50 millions de dollars de dédommagements suite à la dénonciation de son contrat par la Bolivie. L’entreprise se contentera d’un versement symbolique de deux bolivianos (trente cents, soit 40 centimes suisses) !

Pour mémoire : en janvier 2000, les habitants de Cochabamba, troisième ville du pays, apprenaient que leur système public d’eau, avait été investi - sous pression de la Banque mondiale - par une compagnie privée répondant au nom de « Aguas del Tunari » mais contrôlée de fait par le géant californien de l’équipement. L’opération se traduisit très vite par une grosse augmentation des factures d’eau que bon nombre de familles ne pouvaient supporter. S’en suivit une véritable guerre de l’eau, opposant la population aux forces de l’ordre. Le gouvernement bolivien perdit la bataille et finit par céder aux revendications populaires. En avril, contrat cassé, Bechtel dut partir.

JPEG - 5.2 ko
(Photos bolivia.indymedia .org)

Plus tard, la société américaine et son co-investisseur espagnol Abengoa entamèrent une procédure en dédommagements auprès du Centre International de Règlement des Différents sur les Investissements, sorte de tribunal commercial de la Banque Mondiale. La plainte de Bechtel portait à la fois sur ses pertes et sur ses manques à gagner. La procédure devait être tenue secrète. Mais c’était sans compter sur une véritable tempête internationale de protestations publiques en tous genres.

De guerre lasse, et voyant que l’image de marque de leur société ne cessait de se dégrader, les dirigeants de Bechtel ont alors décidé de cesser leurs poursuites. Un événement que les Boliviens en général, et Cochabamba en particulier, jugent comme une victoire historique contre les tentatives de privatisation du domaine de l’eau et contre les injustices du système commercial international. (bw)

(Sources :Agence reuters, bollpress.com/Bolivie, The Democracy Center/USA)

Lien vers les pages "Bechtel" du site The Democracy Center




Mots-clés

Agenda

Mot d’eau

  • La vie, plusieurs eaux

    “Il y a plusieurs durées dans votre vie. Il y a plusieurs eaux mélangées dans le temps. L’enfance fait comme un courant profond dans la rivière du jour. Vous y revenez souvent, comme on revient chez soi après beaucoup d’absence.” (Christian Bobin, "La part manquante", 1989)

Glossaire

  • Robinet

    Le mot vient de Robin, un sobriquet que jadis, dans les récits moyenâgeux, on donnait au mouton. Chez Rabelais par exemple. On l’employa ensuite pour désigner la pièce - souvent décorée d’une tête stylisée de mouton ou de bélier - installée sur le tuyau d’écoulement d’une fontaine pour fermer, ouvrir ou régler son débit d’eau. L’expression "tenir le robinet" signifiait d’ailleurs : user d’une chose à sa volonté. On notera que pour parler du robinet la langue allemande utilise le mot ... "Hahn", le coq !


Contact Lettre d'information