AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2003

3 juin 2003.

L’eau plate d’Évian (commentaire)

Quelques mois avant le Sommet du G8 à Évian, on pouvait lire, ici (...)

Quelques mois avant le Sommet du G8 à Évian, on pouvait lire, ici et là, qu’il y serait beaucoup question d’eau. Cela faisait bien dans le décor des eaux minérales et dans celui de l’Année internationale de l’eau douce. Mais ce n’était que mirage dans l’oasis des chefs d’État. Ils avaient tant d’autres choses à se dire, sans doute plus urgentes et plus importantes à leurs yeux que les problèmes de survie de centaines de millions de gens privés d’eau potable.

Les sherpas et sous-sherpas du Sommet - ceux qui préparent les décisions et mâchent les textes des chefs de cordées - ont tout de même planché sur un énième plan d’action consacré à l’eau, comme si les résolutions prises à Johannesburg et à Kyoto n’étaient d’aucun poids.

Ils ont fait ce que font habituellement les cancres en manque d’idées quand ils réécrivent des textes connus en faisant semblant, à coup d’astuces rédactionnelles, de leur donner un coup de neuf.

Peine perdue. Le document du G8 s’ouvre par une affirmation qui ravira les collectionneurs de lapalissades : "L’eau étant essentielle à la vie, le manque d’eau peut porter atteinte à la sécurité de l’homme". No comment.

De l’usage du futur en littérature politique

Pour le reste, aucun engagement réel. Des mots et encore des mots, et des verbes déclinés au futur, du genre "nous adopterons les mesures suivantes…" et "nous ferons tout notre possible pour… ".

De l’eau, il est aussi question dans le rapport sur la mise en œuvre d’un autre plan d’action, celui concocté spécialement pour l’Afrique lors du Sommet 2002 au Canada. Là, les intentions sont un peu plus précises.

Par exemple celle de l’Union européenne qui a proposé l’an dernier la création d’un Fonds européen pour l’eau d’un montant d’un milliard d’euros. Mais, pour le moment, ce n’est encore qu’un projet en discussion.

"L’autre monde " en mode répétitif

Les altermondialistes n’ont pas que manifesté dans la rue. A Annemasse, durant le week-end précédant le G8, ils ont organisé notamment un débat sur le thème "soif d’eau, soif de solidarité".

Leur plaidoyer réclamant "de l’eau pour tous" ressemble lui aussi à un exercice de réécriture. On y retrouve les mêmes idées fortes que celles déjà proclamées à Porto Alegre, Créteil, Florence et autres rendez-vous alternatifs consacrés à l’eau.

On l’aura donc compris : à Évian comme à Annemasse, rien de neuf. Chaque camp répète son discours dans son coin. Le G8 fait confiance aux idées de la Banque Mondiale et privilégie les partenariats avec les entreprises privées. Les altermondialistes parlent droits de l’homme et contrôle démocratique des services de l’eau.

Les uns et les autres peaufinent leur vocabulaire, mais le dialogue stagne au niveau zéro. On savait l’eau d’Évian peu minéralisée. Celle qu’on y a servie début juin était désespérément plate.

Bernard Weissbrodt

Documents Plan d’action du G8 dans le domaine de l’eau Rapport sur le plan d’action du G8 pour l’Afrique dans le domaine de l’eau Plaidoyer "De l’eau pour tous" du "Sommet pour un autre monde"



Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information