AccueilÀ la Une

26 mars 2009.

L’eau facile, idée simpliste

EDITO AVRIL 2009 « Le temps de l’eau facile est révolu. » Qu’un (...)

EDITO AVRIL 2009

« Le temps de l’eau facile est révolu. » Qu’un magistrat, un fonctionnaire ou un économiste d’un pays nanti, ou alors un hydraulicien spécialiste de l’irrigation dans un pays en développement posent ce genre de diagnostic, on les comprendra sans peine. Non seulement la dilapidation de l’eau atteint parfois des proportions effarantes. Mais le gaspillage des biens, à commencer par la nourriture dont la production nécessite parfois des quantités d’eau insoupçonnées et les pollutions en tous genres des rivières et des nappes souterraines contribuent également au bradage des ressources hydriques. Tout cela a un énorme coût, là surtout où l’on connaît déjà la pénurie alors même que les demandes en eau ne cessent de croître.

Mais que le président d’un soi-disant Conseil mondial de l’eau, organisateur du Forum mondial de l’eau dont la cinquième édition vient de se tenir à Istanbul, censé par conséquent livrer un message dont tout habitant de la planète devrait pouvoir s’inspirer, que Loïc Fauchon donc, urbi et orbi, reprenne à son compte un tel slogan a quelque chose d’insultant pour le milliard de gens privés d’un accès à l’eau potable, pour les dizaines de milliers d’enfants qui chaque année succombent à des maladies provoquées par de l’eau insalubre, pour les millions de femmes et filles porteuses d’eau qui parcourent des kilomètres à pied pour procurer à leurs proches quelque chose d’absolument nécessaire à leur survie et dont chaque voyage est vécu comme une irrémédiable corvée. Que savent-elles, toutes ces familles, de l’eau facile ?

Ce ‘slogan’, quelle que soit la louable intention de son auteur d’inviter tout un chacun à s’interroger sur ses propres rapports avec cet élément naturel et vital, la presse occidentale l’aura avalé sans aucun discernement, tel un nouveau dogme économique indiscutable. Mais prêcher la croisade contre l’eau facile comme s’il s’agissait d’un péché originel et d’une tare dont toute l’humanité sans exception porterait la marque est aussi une façon de culpabiliser les petits consommateurs d’eau consciencieux, monsieur et madame tout-le-monde qui ferment le robinet quand ils se lavent les dents ou qui mettent une brique dans leur chasse d’eau pour en diminuer le volume, et qui depuis plusieurs années contribuent ici et là à ce que les niveaux de consommation hydrique baissent sensiblement. Alors que c’est ailleurs qu’il faut chercher les gros prédateurs d’eau en même temps que ses principaux pollueurs, dans l’industrie et surtout dans l’agriculture.

Les marchands d’eau qui veulent aujourd’hui moraliser ses usages et teintent leurs discours d’accents humanitaires oublient de dire qu’ils s’inspirent des même principes et méthodes que les grands lobbies de l’économie, lesquels, à coup de publicités et non sans profits, achalandent les supermarchés sans frontières. À commencer par le secteur agroalimentaire qui fait croire, par action ou par omission, que l’on peut sans dommages ni gaspillages produire n’importe quoi n’importe quand n’importe où, même là où le manque d’eau ou sa dégradation font d’ores et déjà visiblement problème. Auriez-vous entendu l’un de ces chantres de la mondialisation proclamer qu’il est aussi révolu le temps du ‘consommer facile’ ?

Bernard Weissbrodt




Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.



Anne Cailloux

L'eau facile

100% d'accord avec ce magistral coup de gueule ! Mais, sans doute, tous les lecteurs d'Aqueduc info sont-ils acquis à cette cause. Il faudrait publier l'article dans des journaux lus par beaucoup...



Contact Lettre d'information