AccueilLa LettreLettre du Bénin

16 mars 2011.

L’eau des villes en Afrique : une affaire de volonté politique

Dans presque toutes les capitales des pays au sud du Sahara, les (...)

Dans presque toutes les capitales des pays au sud du Sahara, les autorités municipales n’arrivent plus à étancher la soif des populations. Ni en qualité, ni en quantité. Les anecdotes sont légion, qui en disent long sur les tribulations des populations urbaines en quête du précieux liquide. En Guinée, du temps du général Lansana Conte, on disait du pays qu’il avait ’trois généraux’ : non seulement le chef de l’État, mais aussi le général de la coupure générale de l’eau et celui de la coupure générale de l’électricité.

À Lagos, au Nigeria, la fourniture d’eau courante a cessé de fonctionner depuis belle lurette, mais on se souvient encore très bien de la longue liste de substances indésirables que l’on trouvait quand on laissait au repos un verre d’eau du robinet. L’exemple type du mélange hétérogène. C’est l’excès de chlore qui est la plupart du temps dénoncé. Mais aussi les coupures, délestages et autres pannes qui entraînent les interruptions de la distribution. Toutes choses qui cependant n’empêchent pas les factures de tomber à la fin du mois.

Trêve d’anecdotes ! La fourniture d’eau potable dans les villes se confronte à un immense défi : celui d’une démographie galopante face à une diminution progressive et certaine de l’offre en eau : le niveau d’eau des nappes souterraines, les plus sollicitées pour l’approvisionnement, est à la baisse du fait de leur surexploitation ; les eaux superficielles sont menacées sinon polluées par toutes sortes d’activités humaines, ce qui rend le traitement en eau potable de plus en plus coûteux ; les équipements de la production et de la distribution de l’eau potable coûtent les yeux de la tête et la Banque Mondiale paraît seule capable de faire face à pareil budget.

Un autre défi, et non des moindres, est le niveau de formation du personnel dont on sait qu’il déteint sur la qualité de la prestation .Le personnel qualifié est peu nombreux dans les stations de production d’eau potable. Et de surcroît, là où l’on brasse une masse d’argent aussi importante, il y a grand risque que la corruption fasse son apparition. Hélas !

Les villes africaines ont donc bien soif d’eau ! De Lagos à Luanda, de Cotonou à Dakar, et j’en passe, les usagers attendent quasiment partout d’être mieux servis en eau potable.

JPEG - 8.3 ko
L’eau en sachets :
solution très populaire
mais pas sans risques
(photo B.Capo-Chichi)

Mais voici les eaux en sachets ou en bouteilles ! Elles arrivent sur les marchés comme pour suppléer la défaillance de la fourniture officielle d’eau potable et répondre à la demande sans cesse croissante des villes. Si les eaux embouteillées sont hors de portée de bien des bourses, donc très peu demandées, les eaux en sachets, véritable nouvelle invention, sont disponibles et à la portée de tous les porte-monnaie, et donc consommées sans modération. Dans les écoles, les restaurants, les centres de santé, les marchés et lors des manifestations publiques, les eaux en sachets dites ‘pure water’ sont devenues incontournables. Elles cachent malheureusement nombre de risques pour la santé des consommateurs. Les conditions d’hygiène de leur conditionnement et la qualité de l’eau utilisée constituent autant de sujets de préoccupation. Quant au sachet plastique, il est ensuite abandonné comme n’importe quel déchet non recyclable et non dégradable. Conclusion : les eaux en sachets représentent pour les villes une problématique supplémentaire.

Cinquante ans après les indépendances, l’alimentation en eau potable des populations africaines, en particulier dans les villes, reste un défi total, une équation bien difficile à résoudre. Idem pour la fourniture d’énergie électrique comme pour les moyens de transport urbain.

Pourtant l’Afrique dispose de beaucoup d’eau douce pour satisfaire tous les usages et besoins de ses habitants. Les grands fleuves et les grands lacs doivent être mis à contribution. Il y a sans doute un problème de gouvernance et de vision à l’échelle du continent tout entier. Que peut faire un pays en matière socio-économique sans la maîtrise de l’eau, disponible en quantité et en bonne qualité ? La réponse à ce défi passe indéniablement par la meilleure gestion possible des ressources en eau, par une politique d’aménagement du territoire digne de ce nom, par une mise en commun efficace des moyens et des projets. C’est, somme toute, une question de volonté politique.

Bernard Capo-Chichi,
Porto-Novo (Bénin)

-  Toutes les Lettres du Bénin




Infos complémentaires

JPEG - 15.9 ko
22 mars 2011
L’EAU POUR LES VILLES :
répondre au défi urbain

:: Quelques faits et chiffres mondiaux sur l’eau et les villes

- La moitié de l’humanité vit aujourd’hui dans les villes : dans deux décennies, 5 milliards de personnes (60% de la population du monde) seront des habitants urbains

- La croissance urbaine est la plus rapide dans le monde en voie de développement : les villes s’y accroissent chaque mois de 5 millions supplémentaires d’habitants

- Entre 1998 et 2008, un peu plus d’un milliard d’habitants urbains ont bénéficié d’un meilleur accès à l’eau potable et 813 millions à un meilleur assainissement. En même temps, la population urbaine s’est accrue elle aussi de plus d’un milliard d’habitants.

- Plus de 140 millions de citadins de par le monde n’ont pas accès à l’eau potable, un citadin sur quatre (789 millions) vit sans accès à des installations sanitaires satisfaisantes.

- Les citadins pauvres sont les plus touchés. Ils sont rarement raccordés aux réseaux d’eau et dépendent souvent de commerçants privés à qui ils achètent l’eau au prix fort, c’est-à-dire plusieurs fois le prix que paient les habitants plus fortunés de la ville.

- Il n’est pas rare que les fuites dans les réseaux urbains de distribution d’eau atteignent des taux de perte de 50 %. Les volumes d’eau potable produits et ainsi perdus permettraient d’alimenter quelque 10 à 20 millions de personnes supplémentaires dans les mégapoles.

(Source : Programme ONU-Eau)


:: La Journée mondiale de l’eau 2011 dans aqueduc.info

- L’eau pour les villes : répondre au défi urbain
- À Amman, la journée de l’eau, c’est une fois par semaine
- Gérer l’eau des villes. À Lausanne, par exemple
- “L’eau de poche” des entreprises publiques européennes

Mots-clés

À paraître

Glossaire

  • Débâcle

    Dislocation soudaine de la couverture de glace d’un cours d’eau dont les blocs sont alors emportés rapidement par le courant. Lorsqu’il s’agit de la rupture d’une barrière naturelle de glace formant une retenue d’eau, on parle alors de vidange brutale de lac glaciaire (connue sous l’acronyme anglais de GLOF, “Glacial lake outburst flood”). Dans les deux cas, ce phénomène peut entraîner de graves inondations, voire des catastrophes.

Mot d’eau

  • « Et tous ces gens
    dans l’eau ... »

    “Je pense toujours à cette rivière quelque part, avec cette eau qui coule vraiment vite. Et tous ces gens dans l’eau, qui essaient de se raccrocher les uns aux autres, qui s’accrochent aussi fort qu’ils peuvent, mais à la fin c’est trop difficile. Le courant est trop puissant. Ils doivent lâcher prise, se laisser emporter chacun de son côté. Je pense que c’est ce qui nous arrive, à nous.” (Kazuo Ishiguro, "Auprès de moi toujours", 2005)


Contact Lettre d'information