AccueilRessourcesDans les livres

janvier 2010.

L’archéologie des cours d’eau en France

Revue L’ARCHÉO-THÉMA, janvier-février 2010 “ Support d’une activité (...)

Revue L’ARCHÉO-THÉMA, janvier-février 2010

“ Support d’une activité individuelle ou collective de pêche, de transport et de passage, milieu naturel exploité, aménagé et contrôlé économiquement et politiquement, les cours d’eau, en tant qu’anthroposystèmes, sont détenteurs d’un patrimoine archéologique subaquatique et terrestre original. Par son questionnement spécifique, celui-ci contribue désormais d’une façon déterminante à l’écriture d’une autre histoire des rivières et des fleuves en relation étroite avec les sources historiques et environnementales. Des épaves de bateaux naufragés, ou délaissés, aux aménagements transversaux et longitudinaux du lit mineur, des moulins et pêcheries aux habitats de berge érodée, des cargaisons aux objets isolés, ce patrimoine est étendu et diversifié. ” (Extrait de l’introduction)

Entre autres titres, au sommaire

- Fabriquer des pirogues au temps de la Préhistoire
- Commerce maritime et fluvial à Arles dans l’Antiquité
- La Loire, lieu de vie et de passage
- Franchir la Loire
- Bateaux et aménagements de berges au Moyen Âge à Bordeaux
- Archéologie navale et modélisme de recherche
- L’archéologie ‘globale’ d’une petite rivière, le Cher
- L’aménagement de rivière de Mauroux-Orgueil




Infos complémentaires

JPEG - 9.9 ko

L’archéologie des cours d’eau en France
L’ARCHÉO-THÉMA
Revue d’archéologie et d’histoire
N°6, janvier-février 2010
Fontaine-lès-Dijon (France)

Mots-clés

Glossaire

  • Ablution

    Dans le vocabulaire des religions, l’ablution est un rite de purification du corps, par immersion totale ou par aspersion, pratiqué individuellement ou collectivement dans des situations particulières, notamment après un contact avec des choses jugées impures ou avant un acte religieux comme la prière. Fréquente dans le judaïsme et l’Islam, mais aussi dans le bouddhisme, l’hindouisme et le shintoïsme, l’ablution rituelle a pratiquement disparu de la liturgie chrétienne.

Mot d’eau

  • Longer les fleuves

    « J’aimais les chemins en bordure des fleuves. Aller avec le courant de leur eau et sentir leur respiration au gré de la marche. Les fleuves vivaient. Ils avaient fait les villes. Au cours des dizaines de milliers d’années, ils avaient usé les montagnes, transporté les terres, comblé les mers, puis fait pousser les arbres. Depuis le début des temps, les villes leur appartenaient, et sans doute ne cesseront-elles jamais de leur appartenir. » (Haruki Murakami, "La course au mouton sauvage", 1982)


Contact Lettre d'information