AccueilRessourcesOutils

septembre 2008.

"L’Or bleu", film documentaire de Damien de Pierpont

Fin septembre 2008, la Télévision suisse romande (TSR) et Arte ont (...)

Fin septembre 2008, la Télévision suisse romande (TSR) et Arte ont diffusé le film « L’or bleu » du cinéaste belge Damien de Pierpont, un documentaire réalisé en grande partie au Maroc et analysant la problématique de la gestion et de l’accès à l’eau. Cette diffusion a été l’occasion de la publication de la première d’une série de quatre fiches pédagogiques d’un projet intitulé "Actualité et éducation à la citoyenneté mondiale".

Ces documents, prenant appui sur quatre films choisis parmi les documentaires diffusés par l’émission Histoire vivante de la TSR, ont pour ambition de proposer aux enseignants et aux élèves des pistes pédagogiques pour aborder en classe un événement d’actualité en recourant à différents éclairages.

Ce projet est le fruit d’un partenariat entre Alliance Sud (Communauté de travail des œuvres d’entraide suisses), E-media, la Fondation Education et Développement, La jeunesse débat, et Films pour un seul monde.

« L’Or bleu » aborde la problématique de la gestion des ressources en eau à travers l’exemple du Maroc et de Marrakech en particulier. « La perle du Sud » compte un million d’habitants et voit chaque année passer dans ses murs deux millions de touristes qui consomment cinq fois plus d’eau que toute la population locale. Si l’économie hôtelière ne peut que se réjouir de cette situation, il n’en va pas de même des populations paysannes pour qui l’accès à l’eau s’est aggravé, compte tenu de la surexploitation des nappes phréatiques. Qui donc gère et distribue cette eau de plus en plus précieuse ? Damien de Pierpont donne la parole aux différents acteurs qui font part de leurs arguments quant à la possible – et probable ? - privatisation du marché de l’eau.

Ce dossier pédagogique peut être téléchargé sur le site www.e-media.ch




Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information