AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2011

3 novembre 2011.

“L’Europe consomme bien plus que sa part équitable d’eau”

Dans une étude qu’ils ont menée conjointement, l’association des (...)

Dans une étude qu’ils ont menée conjointement, l’association des Amis de la terre Europe et le Sustainable Europe Research Institute arrivent à la conclusion qu’en Europe trois secteurs économiques majeurs - l’extraction, le commerce et la consommation - menacent l’approvisionnement en eau dans le monde. Autrement dit : partager équitablement les ressources naturelles entre tous les habitants de la planète implique que les Européens réduisent de manière significative leurs hauts niveaux de consommation.

Cette étude - (UNDER PRESSURE - How our material consumption threatens the planet´s water resources) - s’inscrit dans une série de recherches sur l’utilisation des ressources naturelles et a pour ambition de contribuer au débat de société sur ce thème tout à fait d’actualité. Plus précisément, ce nouveau rapport tente d’établir un lien entre l’exploitation et la production des matières premières qui ne peut se faire sans recours à l’eau, la croissance du commerce mondial qui accélère les prélèvements d’eau pour des productions d’exportation et l’approvisionnement de la population en eau potable.

Selon Ariadna Rodrigo, chargée de campagne pour les ‘Amis de la Terre Europe’, “l’Europe utilise bien plus que sa part équitable de l’eau dans le monde et cela a des conséquences massives dans d’autres pays où l’eau commence à devenir très rare. En Europe, nos modes de vie à forte consommation se traduisent par l’achat de produits nécessitant de grandes quantités d’eau pour leur fabrication. C’est pourquoi la seule réponse possible est une réduction globale des niveaux de consommation.”

De quelques constats alarmants

- Avec ses 4’750 litres d’eau (usages directs et indirects), l’Europe figure au quatrième rang mondial de la consommation d’eau par habitant et par jour, loin derrière l’Amérique du Nord (7’700 litres), alors que la moyenne mondiale se situe aux alentours de 3’350 litres. On estime qu’actuellement 20% des zones de prélèvement du vieux continent sont en situation de stress hydrique.

- En Europe, près de la moitié de toute l’eau prélevée est utilisée par le secteur de l’énergie (45 %) en particulier pour des processus de refroidissement. Le reste est utilisé pour l’agriculture (22 %), la consommation domestique (21 %) et l’industrie (12 %).

- L’empreinte eau (la quantité totale d’eau utilisée pour produire un bien ou un service) des habitudes de consommation des Européens est nettement supérieure à celle de leur consommation directe d’eau. Certains produits de consommation nécessitent beaucoup plus d’eau qu’on ne le croit généralement : par exemple, 9 litres d’eau sont nécessaires dans le processus d’embouteillage d’un litre d’eau minérale.

- D’importantes quantités de biens consommés en Europe, comme les produits agricoles et alimentaires, sont également produits très souvent dans des pays qui ont des réserves d’eau douce bien plus faibles que celles des pays d’importation. Et comme le commerce mondial augmente de façon constante, la quantité d’eau (virtuelle) qui a été utilisée pour la culture ou la fabrication de ces différents produits ne cesse évidemment d’augmenter elle aussi.

La solution : modifier les modes de vie

Les conclusions de ce rapport s’imposent d’elles-mêmes : comme les ressources en eau sont de plus en plus rares dans de nombreuses régions du monde, il importe de les utiliser de manière plus efficace et plus économique à tous les niveaux. Dans l’industrie comme dans l’agriculture, dans les habitations comme dans les systèmes d’approvisionnement.

Le modèle occidental de croissance économique repose sur des niveaux élevés de consommation continue. Mais ce système engendre de plus en plus d’inégalités à travers le monde et atteint des niveaux alarmants d’utilisation des ressources naturelles par une petite minorité de la population mondiale. Des changements urgents et fondamentaux s’imposent et, dit-on du côté des Amis de la Terre, les décideurs se doivent de créer un cadre politique qui pénalise les pratiques non durables et récompense les comportements efficaces dans la gestion des ressources.

Ce qui fait dire à Ariadna Rodrigo que “dans un monde où les ressources sont limitées, nous devons nous interroger sur le lien entre l’utilisation des ressources naturelles, la croissance économique et la prospérité de nos sociétés. Nous avons besoin que l’Union européenne commence à mesurer et à réduire son utilisation des ressources, c’est-à-dire qu’elle mette davantage l’accent sur la qualité de vie plutôt que sur la poursuite d’une surconsommation de nos ressources naturelles”. (Source : Friends of the Earth Europe and the Sustainable Europe Research Institute).


Liens

- Friends of the Earth Europe
- Sustainable Europe Research Institute
- Le rapport Under pressure




Mots-clés

À paraître

Agenda

Glossaire

  • Eau de Javel

    Appellation populaire, du nom d’un quartier parisien, d’une solution aqueuse d’hypochlorite de sodium, de couleur jaunâtre et à forte odeur de chlore, souvent employée, diluée dans l’eau, comme désinfectant, détachant ou décolorant. De nombreux produits ménagers de nettoyage, de lessive et de vaisselle en contiennent à des concentrations variables. Elle est également utilisée pour la potabilisation de l’eau, dans les piscines, dans les stations d’épuration et dans l’industrie, notamment dans les papeteries.

Mot d’eau

  • La communauté, nappe souterraine

    “La communauté est une nappe affective souterraine et chacun boit la même eau à cette source et à ce puits qu’il est lui-même – mais sans le savoir, sans se distinguer de lui-même, de l’autre ni du Fond.” (Michel Henry, "Phénoménologie matérielle", 1990)


Contact Lettre d'information