AccueilBloc-Notes

20 novembre 2017.

L’Atlas de l’eau et du monde

Publication hors-série du quotidien Le Monde et de l’hebdomadaire (...)

Publication hors-série du quotidien Le Monde et de l’hebdomadaire La Vie.

“Sans elle, aucune vie ne serait possible. Elle est nos océans, nos fleuves et nos rivières, notre atmosphère. L’homme utilise la « grande machine » de l’eau... et la dérègle. Des grands barrages à l’irrigation, de l’accès à l’eau pour tous aux conflits hydropolitiques, la géopolitique des fleuves se dessine. Richesses et dépotoirs, les océans tanguent entre la surpêche, l’incontournable commerce maritime et le réchauffement climatique. Du dessalement de l’eau de mer aux trésors inconnus des abysses ou même de la Galaxie, l’avenir de la Terre pourrait bien se trouver dans les océans.”

- Le Monde - La Vie - HORS-SÉRIE - L’Atlas de l’eau - Enjeux politiques
186 pages, une soixantaine d’articles rédigés par des spécialistes principalement français, et quelque 200 cartes spécialement conçues pour cet atlas.
Ouvrage paru en novembre 2017.



Mots-clés

Agenda

Glossaire

  • Crue, inondation

    La crue est un phénomène caractérisé par la montée plus ou moins forte du niveau d’un cours d’eau et par une nette augmentation de son débit. Elle ne se traduit pas forcément par un débordement de son lit habituel. On parle d’inondation lorsqu’une crue entraîne la submersion par un cours d’eau de son espace d’expansion naturelle (lit majeur) ou aménagé dans ce but, mais aussi des terres cultivées et des zones habitées, mettant alors en danger les riverains et pouvant causer d’importants dommages à leurs biens.

Mot d’eau

  • “Quel épouvantable désastre !”

    “Près de deux mille maisons écroulées ; sept cents morts ; tous les ponts emportés ; un quartier rasé, noyé sous la boue ; des drames atroces ; vingt mille misérables demi-nus et crevant la faim ; la ville empestée par les cadavres, terrifiée par la crainte du typhus ; le deuil partout, les rues pleines de convois funèbres, les aumônes impuissantes à panser les plaies. Mais je marchais sans rien voir, au milieu de ces ruines. J’avais mes ruines, j’avais mes morts, qui m’écrasaient.” (Émile Zola, "L’inondation", 1883.)


Contact Lettre d'information