AccueilAlbums photos

1er mai 2017.

L’Aire rendue à la nature

Fragments d’un projet exemplaire

"C’est à partir du cours d’eau que sont établis de nouveaux rapports qui équilibrent, d’une part, les besoins de production agricole, de développement urbain et d’espaces de loisirs et, d’autre part, la nécessité de reconstituer des milieux naturels étendus et continus." (Extrait du dossier "Superpositions")

La renaturation de l’Aire, une rivière qui prend sa source au pied du Salève, en Haute-Savoie, et se jette dans l’Arve en ville de Genève, est l’un des projets-phares du programme cantonal genevois de revalorisation des cours d’eau. Ce projet, commencé en 2002 et réparti sur 4 étapes dont 3 ont déjà été menées à terme, porte sur la réorganisation territoriale et paysagère de la rivière sur plus de quatre kilomètres. Il s’agit aussi de protéger cette plaine contre les inondations et de mieux intégrer ses différentes fonctions environnementales (biodiversité), économiques (production agricole) et sociales (espace de loisirs).

Cette reconfiguration paysagère frappe d’emblée par deux options prises par le collectif d’ingénieurs, de biologistes, d’architectes et autres experts qui l’ont imaginée ensemble : d’une part garder la mémoire de l’ancien canal en le transformant de manière à ce que chacun puisse comparer l’avant et l’après de la renaturation, et d’autre part faire en sorte que la nouvelle rivière, grâce à un aménagement provisoire original, décide elle-même en parallèle de son nouveau tracé.

- Photos aqueduc.info prises entre 2003 et 2017 (CC BY-SA)


- Voir sur youtube la présentation du projet de renaturation de l’Aire
- Zoom sur la renaturation de l’Aire, sur le site du Canton de Genève
- Voir le site superpositions.ch,
- Situer l’espace renaturé de l’Aire sur openstreetmap





Mots-clés

Mot d’eau

  • Eurêka !

    Comment mieux exprimer l’ivresse dont la raison, heureuse, fait flotter dans l’eau et l’intuition, bienheureuse, léviter dans l’air ? Archimède sentit le mouvement et se leva de l’émotion de ces deux éléments, comme s’il entendait le murmure des ondes et la vibration du vent. Et j’entends eurêka comme ce triple écho et du corps et de l’air et de l’eau. (Michel Serres [décédé le 1er juin 2019], "Biogée", 2010)

Glossaire

  • Karst

    Ce mot, dérivé du nom d’un haut-plateau des Balkans, s’applique à un relief ou à un massif dont les roches calcaires ont été fortement érodées par l’eau, en surface (dolines, emposieux, lapiaz, etc.) et en profondeur (cavernes, grottes, gouffres, etc.), ce qui se traduit aussi au fil des infiltrations en sous-sol par des structures très complexes de circulation d’eau et de résurgences. Ces formes géologiques portent ici et là différents noms, telles les "causses" dans le Massif central français.


Contact Lettre d'information