AccueilInfosOn en parle

13 octobre 2009.

Irak : 100’000 personnes et plus menacées par le manque d’eau

Selon une étude publiée par l’UNESCO, plus de 100’000 personnes du (...)

Selon une étude publiée par l’UNESCO, plus de 100’000 personnes du nord de l’Irak auraient été forcées de quitter leur foyer depuis 2005 en raison de graves pénuries d’eau. En cause : la sécheresse, la surexploitation des nappes souterraines et l’effondrement des anciennes infrastructures d’adduction d’eau connues dans ce pays sous le nom de ‘karez’.

Cette étude est la première à évaluer les effets de la sécheresse en cours sur les karez dont bien des générations d’Irakiens ont dépendu pendant des siècles pour leur eau potable et pour leur agriculture. Un seul karez est capable de fournir de l’eau à 9’000 individus vivant sur 200 hectares de terres agricoles.

Les karez, spécialement conçus jadis par les Perses pour résister aux climats arides, sont renommés pour leur capacité à rester productifs même pendant les périodes de sécheresse. L’étude de l’UNESCO confirme que, depuis le début de la sécheresse il y a quatre ans, plus des deux tiers de ces systèmes se sont taris. En août dernier, seuls 116 des 683 karez recensés dans le nord de l’Irak fournissaient encore de l’eau à leurs bénéficiaires.

Avant le début de la sécheresse, les karez irakiens étaient surtout sous la menace de troubles politiques, de négligences, voire d’abandons. À cela s’ajoute le fait qu’aujourd’hui peu de gens en Irak savent les maintenir en état de marche ou les réparer, ce qui contribue à leur délabrement.

La conséquence en est que des communautés entières ont été contraintes d’abandonner leurs foyers pour partir à la recherche de nouvelles sources d’eau. En moyenne, elles ont vu partir près de 70% de leurs populations. Selon l’Unesco, 36’000 personnes supplémentaires seraient sur le point de migrer si leurs conditions de vie ne s’améliorent pas rapidement.

Pour le moment, leur salut dépend de réservoirs d’eau qui doivent souvent être rechargés par des camions roulant sur de longues distances ou du pompage de puits qui auraient besoin d’être creusés plus profondément. Mais pour bon nombre d’Irakiens, aucune de ces solutions ne paraît financièrement viable. (Source : UNESCO)




Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information