AccueilInfosOn en parle

13 octobre 2009.

Irak : 100’000 personnes et plus menacées par le manque d’eau

Selon une étude publiée par l’UNESCO, plus de 100’000 personnes du (...)

Selon une étude publiée par l’UNESCO, plus de 100’000 personnes du nord de l’Irak auraient été forcées de quitter leur foyer depuis 2005 en raison de graves pénuries d’eau. En cause : la sécheresse, la surexploitation des nappes souterraines et l’effondrement des anciennes infrastructures d’adduction d’eau connues dans ce pays sous le nom de ‘karez’.

Cette étude est la première à évaluer les effets de la sécheresse en cours sur les karez dont bien des générations d’Irakiens ont dépendu pendant des siècles pour leur eau potable et pour leur agriculture. Un seul karez est capable de fournir de l’eau à 9’000 individus vivant sur 200 hectares de terres agricoles.

Les karez, spécialement conçus jadis par les Perses pour résister aux climats arides, sont renommés pour leur capacité à rester productifs même pendant les périodes de sécheresse. L’étude de l’UNESCO confirme que, depuis le début de la sécheresse il y a quatre ans, plus des deux tiers de ces systèmes se sont taris. En août dernier, seuls 116 des 683 karez recensés dans le nord de l’Irak fournissaient encore de l’eau à leurs bénéficiaires.

Avant le début de la sécheresse, les karez irakiens étaient surtout sous la menace de troubles politiques, de négligences, voire d’abandons. À cela s’ajoute le fait qu’aujourd’hui peu de gens en Irak savent les maintenir en état de marche ou les réparer, ce qui contribue à leur délabrement.

La conséquence en est que des communautés entières ont été contraintes d’abandonner leurs foyers pour partir à la recherche de nouvelles sources d’eau. En moyenne, elles ont vu partir près de 70% de leurs populations. Selon l’Unesco, 36’000 personnes supplémentaires seraient sur le point de migrer si leurs conditions de vie ne s’améliorent pas rapidement.

Pour le moment, leur salut dépend de réservoirs d’eau qui doivent souvent être rechargés par des camions roulant sur de longues distances ou du pompage de puits qui auraient besoin d’être creusés plus profondément. Mais pour bon nombre d’Irakiens, aucune de ces solutions ne paraît financièrement viable. (Source : UNESCO)




Mots-clés

À paraître

Glossaire

  • Débâcle

    Dislocation soudaine de la couverture de glace d’un cours d’eau dont les blocs sont alors emportés rapidement par le courant. Lorsqu’il s’agit de la rupture d’une barrière naturelle de glace formant une retenue d’eau, on parle alors de vidange brutale de lac glaciaire (connue sous l’acronyme anglais de GLOF, “Glacial lake outburst flood”). Dans les deux cas, ce phénomène peut entraîner de graves inondations, voire des catastrophes.

Mot d’eau

  • « Et tous ces gens
    dans l’eau ... »

    “Je pense toujours à cette rivière quelque part, avec cette eau qui coule vraiment vite. Et tous ces gens dans l’eau, qui essaient de se raccrocher les uns aux autres, qui s’accrochent aussi fort qu’ils peuvent, mais à la fin c’est trop difficile. Le courant est trop puissant. Ils doivent lâcher prise, se laisser emporter chacun de son côté. Je pense que c’est ce qui nous arrive, à nous.” (Kazuo Ishiguro, "Auprès de moi toujours", 2005)


Contact Lettre d'information