AccueilInfosOn en parle

14 mars 2006.

Infrastructures de l’eau : « small is beautiful »

« Spreading the Water Wealth : Making Water Infrastructure Work (...)

« Spreading the Water Wealth : Making Water Infrastructure Work for the Poor » (Développer la richesse en eau : rendre les infrastructures de l’eau efficaces pour les pauvres) : sous ce titre, un nouveau rapport de l’organisation International Rivers Network, partenaire des Amis de la Terre, met en évidence l’échec des méga-projets d’infrastuctures qui ne répondent pas aux besoins des populations les plus pauvres, et, à l’inverse, le potentiel immense des petites infrastructures décentralisées. Le financement de ces dernières est une condition nécessaire pour atteindre les Objectifs de Développement du Millénaire.

Bonne nouvelle : le développement des petites infrastructures en eau décentralisées, bon marché et écologiquement soutenables peut répondre aux besoins fondamentaux des 1 milliards de personnes privées d’eau potable dans le monde, et des 2 milliards privés d’assainissement.

Mauvaise nouvelle : Banque mondiale, institutions financières internationales et gouvernements focalisent au contraire leur aide financière sur les grands barrages et les méga-infrastructures de l’eau. Centralisées et coûteuses, elles ont pourtant des impacts environnementaux et sociaux massifs et souvent inutiles, aggravent les inégalités et ne bénéficient pas aux plus pauvres, comme l’ont montré les travaux de référence de la Commission Mondiale des Barrages. En effet, 80% des populations les plus pauvres dans le monde vivent en milieu rural. Or les grands barrages bénéficient avant tout aux industries, aux mines, à l’agriculture intensive, aux grandes agglomérations.

Patrick McCully d’International Rivers Network explique : « Au Rajahstan, fournir de l’eau coûte 2$ par personne avec des techniques de collecte des eaux de pluie, et 200$ avec le barrage controversé de Sardar Sarovar. En Inde, irriguer un hectare coûte 120$ avec des pompes manuelles, et 3800$ avec Sardar Sarovar. Pourtant, institutions financières internationales et gouvernements dépensent 20 milliards $ par an pour les grands barrages, et ignorent quasi-totalement les solutions bon marché ».

Selon le rapport, dépenser 20 milliards $ sur 10 ans dans des technologies en eau décentralisées, simples et bon marché permettrait de sortir 100 millions de personnes de la misère, pour un bénéfice économique de 300 à 600 milliards $. La dépense représente moins de 10% de ce que les pays en développement ont investi dans les grands barrages dans la décennie 1990.

(Source : communiqué Amis de la Terre)

Le rapport (en anglais)




Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information