AccueilLa LettreLettre du Bénin

8 mai 2007.

Hetin-Sota, village lacustre sans eau potable

Hetin-Sota, village lacustre du Bénin, dispose d’une source (...)

Hetin-Sota, village lacustre du Bénin, dispose d’une source thermale, mais n’a pas d’eau potable. Absurde paradoxe !

3’000 habitants environ, à quelque 25 kilomètres de Porto-Novo, capitale politique de la République du Bénin : le village de Henin-Sota - qui n’a pas d’eau potable – dispose paradoxalement d’une source thermale de type hyperthermale, alcaline et chlorurée (pH supérieure à 7,8).

Huit mois sur douze, le fleuve Oueme sort de son lit et envahit les terres. Ici, toutes les cases sont sur pilotis. L’eau qui en sort à une température de 50°C arrive d’une profondeur de 450 mètres. Elle est transparente et faiblement minéralisée, avec cependant une teneur en nitrate relativement élevée (supérieure à 75mg par litre, alors que la valeur indicative de tolérance fournie par l’OMS est de 50 mg/l).

Cette source thermale est un bijou économique, écologique et touristique pour la localité qui n’en jouit malheureusement pas encore, faute d’une gestion durable de la ressource (absence de comité de gestion, absence de périmètre de protection autour du captage). L’autre grande menace provient des nombreux projets de développement qui, si l’on n’y prend garde, pourraient se révéler sources de pollution.

Texte : Bernard Capo-Chichi
Photos : Nukpo Agossou

Voir aussi : Ainsi passe le temps à Miniki...




Infos complémentaires

Il existait, à Hetin-Sota, un réseau de distribution de l’eau thermale consommée sans traitement. Depuis deux ans, ce réseau a cessé de fonctionner par suite de la défaillance d’une pièce mécanique. En l’absence d’un comité de gestion du réseau, la pièce n’a pu être remplacée jusqu’a ce jour. L’argent fait défaut et la population ne veut pas (ou ne peut pas) faire une levée de fonds non plus. Tout le monde compte sur le geste d’un généreux donateur.

Entre temps, tout le monde a de nouveau recours à l’eau non traitée du fleuve en guise d’eau de consommation. Et voilà le retour des maladies diarrhéiques. En l’absence de surveillance et d’une autorité, toutes les activités domestiques de lavage (linge et vaisselle) se font sur le point de captage, à grand renfort de lessive et de détergents. Une menace certaine de pollution de la source thermale.

Je me suis constitué conseil et ami de la source, je travaille avec les populations, le chef d’arrondissement, les instituteurs de l’école pour préserver la source de la pollution en attendant de pouvoir faire redémarrer le réseau. Avec un collègue géographe, auteur de l’album photos, nous sommes en contact avec les autorités politico-administratives des lieux.

Avec les étudiants du DESS-Qualité de l’eau de Porto Novo (Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées), nous avons retenu quelques projets : analyses bactériologiques et physico-chimiques de l’eau, érection de périmètres de protection autour de la source, installation d’une petite unité de traitement de l’eau de surface en eau potable (pour 3000 habitants), exploitation de la source thermale (bains et eaux minérales), aménagement de la voie d’accès à la source, et assainissement du village (un must pour protéger la source).}

Bernard Capo-Chichi

Mots-clés

Mot d’eau

  • Eurêka !

    Comment mieux exprimer l’ivresse dont la raison, heureuse, fait flotter dans l’eau et l’intuition, bienheureuse, léviter dans l’air ? Archimède sentit le mouvement et se leva de l’émotion de ces deux éléments, comme s’il entendait le murmure des ondes et la vibration du vent. Et j’entends eurêka comme ce triple écho et du corps et de l’air et de l’eau. (Michel Serres [décédé le 1er juin 2019], "Biogée", 2010)

Glossaire

  • Karst

    Ce mot, dérivé du nom d’un haut-plateau des Balkans, s’applique à un relief ou à un massif dont les roches calcaires ont été fortement érodées par l’eau, en surface (dolines, emposieux, lapiaz, etc.) et en profondeur (cavernes, grottes, gouffres, etc.), ce qui se traduit aussi au fil des infiltrations en sous-sol par des structures très complexes de circulation d’eau et de résurgences. Ces formes géologiques portent ici et là différents noms, telles les "causses" dans le Massif central français.


Contact Lettre d'information