AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2004

5 mai 2004.

Goûteur d’eau, métier d’avenir ?

Chaque mois, à Genève, 25 collaborateurs des Services Industriels (...)

Chaque mois, à Genève, 25 collaborateurs des Services Industriels se rendent au laboratoire du Service de l’Eau. Avec, pour mission, de tester l’eau du réseau, prélevée au hasard dans différents coins du canton. Portrait d’un métier peu ordinaire mais qui a de l’avenir.

Dominique Mantegazzi est chimiste et collaborateur des Services Industriels de Genève (SIG). Il reconnaît immédiatement une eau du lac, une eau de nappe souterraine ou une eau de montagne. Car l’eau a un goût qui varie en fonction de sa minéralisation.

Pour contrôler ce goût, ce chimiste a mis sur pied, avec un petit coup de pouce de la société Givaudan, une brigade de goûteurs d’eau, constituée de 25 personnes recrutées dans les rangs de l’entreprise selon un panel représentatif des différents types de consommateurs.

JPEG - 6.7 ko
"Le jour où l’on goûtera l’eau comme on sait goûter le vin..." (Le jeune dégustateur, Philippe Mercier, Le Louvre)

Ces goûteurs sont au bénéfice d’une formation continue dont le canevas de base a été développé par une consultante externe. Ils traquent les goûts indésirables dans l’eau du réseau. Qui n’a pas souvenir, chez lui ou en voyage, d’avoir reniflé des eaux chlorées dégageant des odeurs de piscine, ou celles, riches en fer, qui sentent la boîte de conserve ? Dominique Mantegazzi explique que "les consommateurs sont plus exigeants" et qu’ils veulent désormais "une grande sécurité alimentaire alliée au plaisir gustatif". Les réclamations concernant le goût et l’odeur de l’eau sont immédiatement prises en compte et traitées.

L’eau qui court dans les quelque 1263 km de conduites du réseau SIG fait ainsi l’objet de prélèvements réguliers qui sont non seulement analysés mais aussi goûtés. Au-delà des quelque 8000 contrôles annuels, c’est une manière d’apporter à l’eau potable une véritable "valeur ajoutée". Un "plus" que les machines ne savent pas faire ! (Information SIG, "Vive la vie ", n°15, avril 2004)


Pages "Eau" du site des Services Industriels de Genève




Mots-clés

Glossaire

  • Aquaponie

    Mode de production alimentaire qui conjugue la culture de plantes (hors-sol) et celle d’animaux aquatiques (aquaculture) dans un système de recirculation. Cette méthode, économe en eau, utilise les déchets de poissons comme solution nutritive organique pour cultiver des légumes. L’aquaponie permet de produire des aliments riches en protéines. Elle peut être pratiquée dans de petites unités domestiques comme dans de grandes surfaces à but commercial, en eaux douces comme en eaux saumâtres (Source : FAO).

Mot d’eau

  • Entre la ressource et la source, comment dire l’eau avec justesse ?

    " Entre l’expérimentation du chimiste qui dit clairement la composition de l’eau mais en oublie l’usage, et l’expérience des usagers qui en vivent les troubles, les dangers et les surprises, y a-t-il une place pour une épreuve de soi et du monde qui dise l’eau au lieu de ne faire qu’en parler ? " (Jean-Philippe Pierron, "La Poétique de l’eau")


Contact Lettre d'information