AccueilAlbums photos

15 octobre 2016.

Glacier d’Aletsch

Le plus grand glacier des Alpes

Situé au cœur du site Alpes suisses Jungfrau-Aletsch inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2001, le glacier valaisan d’Aletsch est le plus grand glacier des Alpes. Il résulte de la convergence, à la Konkordiaplatz, de trois grands névés - l’Aletschfirn, le Jungfraufirn, l’Ewigschneefäld - et d’un quatrième moins important, le Grüneggfirn. Il donne ensuite naissance à un torrent, la Massa, dont les eaux dont retenues au barrage de Gebidem et turbinées en fond de gorge à l’usine hydroélectrique de Bitsch avant de rejoindre le Rhône.

Photos aqueduc.info / CC BY-SA



Infos complémentaires

Le glacier d’Aletsch, qui a laissé sur son flanc gauche un importante moraine latérale, est également caractérisé par deux moraines médianes qui résultent de la rencontre des glaciers d’origine et se traduisent en surface par deux bandes sombres parallèles d’éboulis. On peut y observer également des tables glaciaires qui se forment lorsque des blocs rocheux freinent la fonte de la glace sur laquelle ils se sont déposés.

Vers la fin de la dernière grande période glaciaire, il y a quelque 18’000 ans, toute la vallée d’Aletsch était quasi entièrement recouverte de glace. Beaucoup plus tard, vers la fin du Petit Âge glaciaire à la moitié du 19e siècle, le glacier était plus long de quelque trois kilomètres plus long et plus épais d’environ 200 mètres : on distingue d’ailleurs très nettement les traces horizontales qu’il a laissées sur ses moraines latérales.

Comme tous les glaciers ou presque de l’arc alpin, le glacier d’Aletsch subit depuis plusieurs décennies les effets des changements climatiques : chaque année il recule désormais en moyenne année de 40 à 50 mètres et perd une dizaine de mètre d’épaisseur. Durant les grandes chaleurs de l’été 2015, il a libéré durant plusieurs jours plus de 70’000 litres d’eau par seconde. Des experts estiment que d’ici la fin du 21e siècle, il reculera d’au moins quatre kilomètres et perdra un bon tiers de son volume.

Données de base

Surface : 81.7 km carrés
Longueur : 22.6 km
Largeur : 1.5 km
Épaisseur maximale : 900 m (Konkordiaplatz)
Altitude : 2700 m (Konkordiaplatz) / 1560 m (front glaciaire)
Masse : 27 milliards de tonnes (estimation)
Vitesse d‘écoulement : jusqu’à 200 m par an (Konkordiaplatz)
(Source : Aletsch Arena / Pro Natura / OFEV)

Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information