AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2004

17 mars 2004.

Genève accueillera le 2e Forum alternatif mondial de l’eau

En mars 2003, parallèlement au Forum international "officiel" (...)

En mars 2003, parallèlement au Forum international "officiel" réuni à Kyoto, un collectif d’associations proposait à Florence un "agenda alternatif de la gestion de l’eau". Promesse avait alors été faite de poursuivre cette initiative au printemps 2005 et à Genève. La promesse sera tenue (à une date qui reste à préciser), un comité d’organisation est en train de se constituer, les premières idées d’ordre du jour sont avancées.

Le rendez-vous de Florence avait donné lieu à un foisonnement de propositions afin - comme aime à dire le professeur Riccardo Petrella, l’une des chevilles ouvrières du Contrat mondial de l’eau - de traduire l’utopie dans les réalités concrètes.

Le mouvement est certes encore embryonnaire, ses moyens sont limités, et les associations qui s’y sont déjà ralliées ne prétendent pas avoir le monopole de la lutte pour une gestion durable de l’eau au bénéfice de tous les peuples de la planète.

Le Forum alternatif mondial de l’eau se veut au contraire un lieu ouvert à tous ceux que préoccupent d’une part les inégalités et les injustices en matière d’accès à l’eau, et d’autre part les privatisations et la marchandisation de l’eau.

D’où la recherche de synergies entre les mouvements, associations, organisations de la société civile, milieux politiques, académiques et économiques qui partagent les mêmes interrogations et revendications.

Poursuivre les objectifs fixés en 2003

Cette deuxième édition du Forum alternatif mondial de l’eau de Genève va sans aucun doute reprendre à son compte les principes fondateurs du rendez-vous de Florence, à savoir :
- la reconnaissance de l’accès à l’eau, en quantité et qualité suffisantes à la vie, comme un droit humain fondamental
- la reconnaissance de l’eau comme un bien commun de tous les êtres humains et de toutes les espèces vivantes de la planète
- le devoir des collectivités publiques d’assurer le financement des investissements nécessaires à l’application de ce droit à l’eau et à son usage durable
- la participation démocratique des citoyens à la définition et à la mise en œuvre de la politique de l’eau, du niveau local au niveau mondial.

Pour un véritable service public mondial de l’eau

Mais le Forum de Genève veut aller plus loin que les principes et poursuivre le débat de fond sur les moyens de faire progresser l’idée d’un véritable service public de l’eau à l’échelle mondiale.

Cela passe entre autres, disent ses initiateurs, par l’élaboration d’une Convention internationale de l’eau "qui élève explicitement et formellement l’accès à l’eau potable au rang de droit de l’homme et des générations futures".

Ou encore par une structure de gouvernance mondiale de l’eau impliquant de manière représentative les échelons local, régional, national et international, sous la forme par exemple d’un "parlement mondial de l’eau".

Le Forum de Genève devrait être aussi l’occasion de dresser un bilan des actions menées ces dernières années sur toutes les latitudes pour la défense de l’eau comme bien public. Et d’aborder aussi quelques-unes des nombreuses questions que pose la gestion publique de l’eau (financements, contrôles démocratiques, partenariat, solidarités, accords internationaux, etc.). (bw)



Mots-clés

À paraître

Glossaire

  • Débâcle

    Dislocation soudaine de la couverture de glace d’un cours d’eau dont les blocs sont alors emportés rapidement par le courant. Lorsqu’il s’agit de la rupture d’une barrière naturelle de glace formant une retenue d’eau, on parle alors de vidange brutale de lac glaciaire (connue sous l’acronyme anglais de GLOF, “Glacial lake outburst flood”). Dans les deux cas, ce phénomène peut entraîner de graves inondations, voire des catastrophes.

Mot d’eau

  • « Et tous ces gens
    dans l’eau ... »

    “Je pense toujours à cette rivière quelque part, avec cette eau qui coule vraiment vite. Et tous ces gens dans l’eau, qui essaient de se raccrocher les uns aux autres, qui s’accrochent aussi fort qu’ils peuvent, mais à la fin c’est trop difficile. Le courant est trop puissant. Ils doivent lâcher prise, se laisser emporter chacun de son côté. Je pense que c’est ce qui nous arrive, à nous.” (Kazuo Ishiguro, "Auprès de moi toujours", 2005)


Contact Lettre d'information