AccueilInfosOn en parle

6 juin 2008.

Fin des transports d’eau entre Marseille et Barcelone

Les pluies abondantes qui ont touché l’Espagne dans le courant du (...)

Les pluies abondantes qui ont touché l’Espagne dans le courant du mois de mai ont permis à la Catalogne de remonter son niveau de réserves d’eau de 25 à 60 %. Du coup le gouvernement espagnol a annulé les transferts d’eaux vers Barcelone qui avaient été décidés à la mi-avril. La Société des eaux de Marseille (SEM) a confirmé la fin de ses opérations avec la Catalogne alors que les contrats de fourniture conclus pour ces livraisons prévoyaient des transports jusqu’en août.

Entre le 19 mai et le 8 juin, la SEM a organisé six rotations de deux bateaux-citernes et livré 165.000 m3 d’eau potable à la capitale catalane. La société marseillaise a insisté sur le fait que cette opération "exceptionnelle", réalisée à la demande de la société Aguas de Barcelona (Agbar) qui distribue l’eau dans la capitale catalane, avait été menée à titre "d’opération de solidarité" et "loin de toute perspective commerciale".

Le 6 juin, le gouvernement espagnol avait également aboli le décret qui autorisait un mini transfert d’eau de l’Ebre vers l’agglomération barcelonaise. La ministre espagnole de l’environnement, Elena Espinosa, a cependant défendu l’idée d’un programme national pour la gestion des eaux et n’a pas exclu la possibilité de futurs transferts de la ressource entre différents bassins, à la condition qu’ils soient écologiquement, économiquement et socialement acceptables. Des conditions qui, à son avis, n’étaient pas remplies dans le cas du transfert d’eau entre l’Ebre et Barcelone. (Sources : agences)




Agenda

Mot d’eau

  • La vie, plusieurs eaux

    “Il y a plusieurs durées dans votre vie. Il y a plusieurs eaux mélangées dans le temps. L’enfance fait comme un courant profond dans la rivière du jour. Vous y revenez souvent, comme on revient chez soi après beaucoup d’absence.” (Christian Bobin, "La part manquante", 1989)

Glossaire

  • Robinet

    Le mot vient de Robin, un sobriquet que jadis, dans les récits moyenâgeux, on donnait au mouton. Chez Rabelais par exemple. On l’employa ensuite pour désigner la pièce - souvent décorée d’une tête stylisée de mouton ou de bélier - installée sur le tuyau d’écoulement d’une fontaine pour fermer, ouvrir ou régler son débit d’eau. L’expression "tenir le robinet" signifiait d’ailleurs : user d’une chose à sa volonté. On notera que pour parler du robinet la langue allemande utilise le mot ... "Hahn", le coq !


Contact Lettre d'information