AccueilInfosOn en parle

15 décembre 2018.

En Suède, des architectes revisitent le château d’eau

Varberg, petite ville de la côte ouest de la Suède en plein (...)

Varberg, petite ville de la côte ouest de la Suède en plein développement, a besoin d’un nouveau château d’eau pour garantir l’approvisionnement en eau potable de ses habitants. Elle a choisi pour cela de lancer un concours d’architecture basé sur trois mots-clés : sécurité, puissance, créativité. Et son jury a finalement porté son choix sur le projet d’un collectif d’architectes jugé "innovant et sortant du cadre des idées reçues" : au lieu de la tour traditionnelle des réservoirs, c’est une structure horizontale allongée en forme de vague stylisée qui servira de nouvel emblème à la ville.

JPEG - 90.8 ko
Le nouveau château d’eau de Varberg, composé de deux réservoirs d’une capacité totale de 10’000 mètres cubes,
sera construit à partir de 2020 et devrait être opérationnel deux ans plus tard.(Maquettes White Arkitekter))

L’eau, explique dans ses considérants le jury du concours d’architecture New Water Tower Varberg, on peut la regarder de diverses façons, mais à Varberg, ville imprégnée par la proximité de la mer et la présence du vent, c’est d’abord dans les vagues qu’on la perçoit et la ressent.

Le nouveau château d’eau VÅGA imaginé par le collectif White Arkitekter reflète donc une grande force symbolique pour une population qui depuis longtemps pratique le surf et d’autres sports nautiques [1] : à l’image des vagues sans fin qui déferlent sur les plages, l’eau potable se déverse en permanence dans des réseaux de distribution de plusieurs kilomètres dont le château d’eau est le principal élément visible.

Le jury a été séduit par ce projet qui selon lui révèle la force de l’eau en mouvement et démontre que l’on peut concevoir un château d’eau autrement que sous sa forme traditionnelle ronde et verticale sans pour autant sacrifier aux aspects pratiques d’une installation fonctionnelle. De plus, la rangée de neuf piliers qui soutiendront le futur réservoir fera écho à d’autres lignes verticales qui ponctuent le paysage de la côte : une rangée d’éoliennes et les pylônes radio de la station historique de Grimeton.

Pour le collectif White Arkitekter [2], une construction horizontale convient mieux aux fonctions du château d’eau. Sa forme illustrant la fluidité de l’eau le rendra "immédiatement reconnaissable sur de grandes distances à travers le paysage plat de la région". Sa structure extérieure faite de panneaux concaves changera d’apparence tout au long de la journée en fonction des jeux naturels d’ombre et de lumière et sa forme allongée pourra être perçue comme "très fine ou extrêmement longue" selon l’angle de vue. (Source : Varbers Kommun / White Arkitekter)

JPEG - 230.9 ko
Dimensions de l’ouvrage : longueur = 187 m ; largeur = 9 m ; hauteur totale (en partie centrale) = 30 m.
Réservoirs : hauteur = 8 m ; capacités : 5070 m3 + 4930 m3. (Cliquer sur les images pour les agrandir)



Notes

[2White Arkitekter est un collectif interdisciplinaire d’architecture urbaine et paysagère et de design intérieur. Engagé dans la promotion de modes de vie durables, il regroupe quelque 900 personnes organisées en réseaux et réparties dans une douzaine de bureaux d’études en Suède, au Danemark, en Norvège et au Royaume-Uni. Lars Zackrisson, Magnus Kollén, Mattias Lind et Per Hultcrantz forment l’équipe qui a tout particulièrement travaillé sur le projet de château d’eau de Varberg. Site web : whitearkitekter.com.

Mots-clés

Glossaire

  • Débit résiduel

    Volume d’écoulement qui subsiste après un prélèvement dans un cours d’eau (par exemple pour des besoins d’irrigation ou de production d’énergie). Maintenir un minimum de débit et de profondeur d’eau en aval d’une installation est absolument indispensable pour préserver la qualité de l’eau, assurer la recharge des nappes souterraines, protéger la faune et la flore et offrir des possibilités de loisirs. En Suisse, le débit résiduel minimal à garantir dans les cours d’eau à débit permanents est défini par la législation fédérale.

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information