AccueilInfosOn en parle

24 janvier 2018.

En 2050, une grande ville sur six devra faire face à des pénuries d’eau

D’ici le milieu du 21e siècle, la demande d’eau dans les grandes (...)

D’ici le milieu du 21e siècle, la demande d’eau dans les grandes villes de la planète continuera d’augmenter fortement en raison surtout de l’accroissement de leur population. Parallèlement les changements climatiques auront un impact sur les régimes hydrologiques et sur l’approvisionnement en eau potable. Dans certaines villes, il n’y aura plus assez d’eau disponible sur place pour répondre à la demande. Et pour celles qui dépendent du transfert d’eaux captées en milieu rural, il pourrait y avoir alors concurrence entre les impératifs agricoles et ceux du secteur urbain, sans parler des exigences en matière de protection de l’environnement. Selon une étude scientifique publiée par le Nature Sustainability Journal, nombre de grandes villes sont aujourd’hui déjà vulnérables aux pénuries d’eau et une grande ville sur six pourrait être un jour confrontée à de graves déficits hydriques.

Les données et les estimations démographiques de base sont connues : plus de la moitié de la population mondiale (54 %) vit aujourd’hui dans des villes qui, d’ici une douzaine d’années, pourraient compter au total quelque deux milliards d’habitants supplémentaires. Parallèlement, au cours des 60 dernières années, les usages domestiques de l’eau à l’échelle mondiale ont été quasiment multipliés par quatre du fait de la croissance démographique, du développement économique et d’un meilleur accès aux infrastructures d’eau potable.

Selon certaines prévisions, les prélèvements d’eau domestique pourraient croître de 50 à 250 % d’ici le milieu du siècle. Cette augmentation de la demande en eau survient alors même que certaines villes sont déjà confrontées à des pénuries. À cela s’ajoutent des changements climatiques dont les experts s’accordent à dire qu’ils vont probablement aggraver les problèmes d’approvisionnement en eau. Suite aux impacts de ces changements climatiques sur les ressources hydriques combinés à l’urbanisation croissante, c’est plus d’un milliard de citadins qui pourraient être confrontés à de futures pénuries d’eau.

Dans l’étude qu’elle a fait paraître dans le Nature Sustainability Journal [1], une équipe de scientifiques, conduite par Martina Flörke, du Centre de recherches sur les systèmes environnementaux à l’Université de Kassel (Allemagne), s’est concentrée sur 482 villes comptant au total quelque 736 millions d’habitants. Les chercheurs se sont efforcés de quantifier le déficit urbain des eaux de surface ainsi que l’empreinte de ces agglomérations sur les eaux souterraines urbaines. Ils ont pour cela testé deux scénarios : l’un où les villes ont la priorité absolue dans l’approvisionnement en eau, l’autre où elles ne sont approvisionnées qu’après les autres utilisateurs (les industries et les producteurs agricoles), voire après les prélèvements nécessaires à la survie des écosystèmes aquatiques.

Déficits urbains, concurrence ville-campagne,
eaux souterraines surexploitées

Les principales conclusions de cette recherche :

- Dans l’hypothèse où les villes ont la priorité sur les autres secteurs, 16 % d’entre elles ont connu au moins un mois de déficit d’eau de surface pendant la période étudiée (1971-2000) : dans ce cas, elles dépendent donc fortement de leurs capacités de stockage. Compte tenu des effets du réchauffement climatique et de l’urbanisation, leur pourcentage devrait atteindre 27 % en 2050 et 46 % si l’on respecte les normes environnementales. Cela signifie que les besoins des usagers agricoles entreront en conflit avec ceux des villes, car il n’y aura pas assez d’eau pour répondre à la demande totale. L’Asie du Sud est la région où ce type de concurrence est généralement le plus élevé.

- La demande croissante d’approvisionnement en eau en milieu urbain, les changements climatiques et les développements socio-économiques créeront aussi une pression supplémentaire sur les eaux souterraines. Les estimations en termes d’empreinte sur les aquifères urbains montrent qu’en 2050 une centaine de grandes villes auront doublé la quantité d’eau qu’elles prélèvent dans les nappes souterraines. Cela aura pour conséquence non seulement de ne plus réussir à recharger ces réserves mais aussi de rendre les captages plus onéreux en raison de la baisse de niveau des aquifères.

- Les chercheurs estiment qu’en 2050 le déficit global de l’eau de surface urbaine pourrait atteindre entre 1,3 et plus de 6 milliards de m³, selon les différents scénarios, voire beaucoup plus encore si l’on tient compte des besoins environnementaux. Les trois villes les plus sérieusement menacées par des pénuries d’eau sont Los Angeles (USA), Jaipur (Inde) et Dar es Salam (Tanzanie). Suivent : Dalian (Chine), San Diego (USA), Karachi (Pakistan), Harbin (Chine), Phoenix (USA), Porto Alegre (Brésil) et Monterrey (Mexique).

"Les solutions passent par la gestion intégrée"

L’une des solutions aux déficits urbains en eau de surface, quand les villes sont en concurrence avec des usages agricoles, serait de réduire les prélèvements d’eau d’irrigation grâce à des techniques plus efficaces et moins gourmandes, de choisir des variétés de cultures mieux adaptées aux conditions locales et de prendre d’autres mesures adéquates d’adaptation aux changements climatiques. Les chercheurs pensent aussi à la réduction des terres irriguées ou à la réutilisation des eaux usées, ce qui suppose évidemment de nouveaux investissements et surtout la volonté politique de favoriser l’innovation.

C’est un fait également que villes et campagnes deviendront toujours plus interdépendantes. Mais si les villes vont s’approvisionner en eau à l’extérieur, elles risquent de déplacer leurs déficits hydriques vers des régions rurales parfois très éloignées et créer de nouveaux problèmes à des millions de personnes, à leur économie et à leur environnement. Pour les auteurs de cette étude, il est donc clair que "des solutions de gestion multisectorielles intégrées seront nécessaires dans de nombreux domaines pour s’adapter à la pénurie d’eau". (bw)



Notes

[1Martina Flörke, Christof Schneider & Robert I. McDonald, "Water competition between cities and agriculture driven by climate change and urban growth", Nature Sustainability 1, published online : 08 January 2018.

Infos complémentaires

DE LA FICTION À LA RÉALITÉ
Bientôt un Day Zero dans la ville du Cap ?

C’est un scénario désastreux pour la deuxième ville d’Afrique du Sud : après trois années de sécheresse, ses 4 millions d’habitants pourraient bientôt se retrouver sans eau potable. Les niveaux d’eau dans les barrages qui constituent le principal moyen d’approvisionnement sont descendus au plus bas.

En novembre 2017, les autorités municipales avaient fait savoir qu’à partir du 13 mai 2018 elles ne pourraient plus assurer la distribution d’eau dans la métropole. La date de ce "jour zéro" (Day Zero en anglais) est régulièrement revue en fonction de la consommation d’eau : fixée un temps au 12 avril, elle a d’abord été reportée au 11 mai en raison de la baisse des prélèvements agricoles, puis au 4 juin et au 9 juillet (situation au 20 février). Entretemps, le 13 février, le gouvernement sud-africain est intervenu et a décrété l’état de catastrophe naturelle, car quatre provinces connaissent le plus bas niveau de précipitations depuis 1921.

Depuis le 1er février, les habitants du Cap qui jusqu’alors n’avaient plus droit qu’à 87 litres d’eau par jour et par personne doivent se contenter de 50 litres seulement, ce qui peu à peu génère un sentiment de panique et de révolte dans la population. La police est sur le qui-vive. Le 24 janvier, elle a présenté un plan d’action d’urgence qui prévoit le déploiement des forces de l’ordre à proximité des points de distribution prévus par la municipalité et la surveillance des réservoirs. Elles auraient fort à faire en cas de fermeture des réseaux de distribution, car à ce moment-là la population devrait s’approvisionner dans l’un de ces 200 points d’eau et n’aurait plus droit qu’à 25 litres par jour.

Le 7 mars, les autorités locales ont toutefois annoncé, au vu des efforts faits par la population pour limiter la consommation d’eau et des pluies prévisibles dans les prochains mois, que la ville devrait échapper au scénario catastrophe. Selon toute probabilité, il ne devrait donc pas y avoir de "jour zéro" cette année au Cap. (Source : agences)

Mots-clés

À paraître

Glossaire

  • Bédières et moulins

    Une bédière est un torrent d’eaux de fonte ou de pluie qui s’écoulent à la surface d’un glacier et qui au fil du temps finissent par creuser des moulins, sortes de gouffres qui eux-mêmes débouchent sur des réseaux de galeries à l’intérieur ou sous le glacier et jusqu’à sa partie frontale. C’est en quelque sorte un système hydrologique qui ressemble, à certains égards, à celui que l’on trouve dans des massifs karstiques où par érosion l’eau forme toutes sortes de cavités souterraines.

Mot d’eau

  • L’eau fugitive

    On entendait à peine au fond de la baignoire / Glisser l’eau fugitive, et d’instant en instant / Les robinets d’airain chanter en s’égouttant. (A. de Musset, Premières poésies, « Namouna », viii.)


Contact Lettre d'information