AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2014

octobre 2014.

Eau des montagnards : initiatives et solutions

Outre des échanges autour des recherches scientifiques, des (...)

Outre des échanges autour des recherches scientifiques, des politiques de l’eau et des propositions stratégiques, les États généraux de l’eau en montagne, organisés tous les quatre ans à Megève (Haute-Savoie, France), sont aussi l’occasion de partages d’initiatives et de solutions, de projets et de réalisations de toutes sortes pour une meilleure gestion des ressources hydriques dans l’arc alpin. On en trouvera ici, choisis parmi une trentaine de retours d’expériences et de posters présentée lors des assises d’octobre 2014, quelques exemples qui illustrent une part de la grande diversité des problématiques et des situations rencontrées dans ce domaine fort complexe.


Lire aussi dans aqueduc.info :
- l’article
L’eau des montagnes
en quête de solidarités d’aval

- l’éditorial
Petit essai de stratégies comparées


JPEG - 14 ko

Le Canal de Provence à proximité de la Montagne Ste-Victoire (© SCP)

Solidarité aval - amont :
le partenariat entre le Canal de Provence
et le Parc du Verdon

Mieux vaut prévenir que guérir. Transposée dans le domaine de l’eau, cette sagesse populaire signifie qu’il est préférable de veiller, en amont d’abord, à la bonne qualité des ressources plutôt que de devoir en aval payer leur traitement au prix fort. Les gestionnaires du Parc naturel régional du Verdon et de la Société du Canal de Provence (SCP) l’ont bien compris, eux qui en 2008 ont conclu une forme de partenariat dans le but de préserver "ce bien commun qu’est le Verdon" et de "contribuer ensemble à l’aménagement équilibré et au développement durable de la région provençale".

Le Verdon a longtemps alimenté en eau la plaine d’Aix-en-Provence jusqu’à ce que l’on décide, dans les années 1960, d’aménager un canal pour desservir également une centaine de communes du Var et des Bouches-du-Rhône, jusqu’à Toulon et Marseille. Cette solidarité amont-aval, qui s’est nourrie d’une eau relativement abondante et de très bonne qualité, n’est pas étrangère au développement économique et démographique de toute la région. Encore faut-il veiller à gérer cette ressource de façon durable et équilibrée.

C’est là que se greffe le "retour de partenariat" dans le sens aval-amont, initié en 2008, et qui se traduit, du côté de la Société du Canal de Provence, par des investissements financiers, des appuis techniques et diverses expertises : grâce à ce dispositif, qui représente un montant de quelque 40 millions d’euros, plusieurs communes de la région du Parc du Verdon ont pu par exemple moderniser leurs stations d’épuration des eaux.

Cette convention de partenariat a été renouvelée durant l’été 2014 et permettra également de mettre en oeuvre un projet d’accompagnement de la mutation des pratiques agricoles du plateau de Valensole, baptisé jadis "grenier de la région" et bien connu pour sa production de blé dur et de lavandin, vers des agrosystèmes durables.

- Sites web de la Société du Canal de Provence
et du Parc naturel régional du Verdon

JPEG - 30.4 ko

Réserve d’eau de pluie (impluvium) sur l’alpage de la Thuile
(Photo © Syndicat mixte du Salève)

Solidarité ville – montagne :
un partenariat pour protéger
les sources du Salève (Haute-Savoie)

La solidarité pour l’eau entre villes et montagnes ne se limite pas à garantir le partage équitable et le bon état écologique des eaux de surface qui courent vers les plaines. Elle implique aussi de veiller à la meilleure qualité possible des ressources souterraines, en particulier de celles qui à plus ou moins long terme sont destinées à la production et à la distribution d’eau potable. Le Salève - cette montagne quasi emblématique qui sert de décor permanent au va-et-vient des habitants de l’agglomération franco-suisse du bassin genevois – en fournit un bon exemple.

Voilà un chaînon de Préalpes savoyardes qui se dresse et s’étale tel un massif de verdure à la marge d’un espace fortement urbanisé. S’il a échappé jusqu’ici aux frénésies de construction des promoteurs immobiliers, c’est d’abord et avant tout parce que l’eau y est rare. Qu’il pleuve ou que fonde la neige, l’eau s’infiltre très rapidement dans les profondeurs de couches calcaires dont les hydrogéologues ont pu se convaincre qu’elles ont une faible capacité de rétention et de filtration.

"Du creux de la roche moussue, la petite source jaillit ; du Grand-Salève elle est issue et deux brins d’herbe font son lit" écrivait Théophile Gautier. Au pied du Salève, là où les services de la communauté de communes de l’agglomération d’Annemasse ont le souci de distribuer une eau de qualité, la réalité paraît moins poétique même si l’un de leurs principaux captages est installé au lieu-dit des Eaux-Belles. Car ce massif de moyenne montagne est un système karstique très fragile, pour ne pas dire fortement vulnérable aux pollutions de toutes sortes. Ce qui oblige les producteurs d’eau potable de recourir à des technologies très performantes pour sa purification.

Le Salève ressemble certes, parfois, à une grande aire de loisirs pour citadins, mais ce sont ses traditionnelles activités pastorales principalement orientées vers l’élevage, son bon millier d’hectares de pâturages, sa quarantaine d’alpages ainsi que son riche espace forestier qui retiennent surtout l’attention dès qu’on aborde les questions de préservation des milieux naturels sensibles et des ressources en eau.

Conscients de leur coresponsabilité, propriétaires de pâturages et alpagistes se sont engagés dans un partenariat réunissant l’ensemble des usagers du massif. Les tâches ne manquent pas, notamment en matière de définition des périmètres de protection des captages, d’amélioration de la distribution de l’eau aux troupeaux, d’aménagement de récupération et de stockage d’eau, d’assainissement des abreuvoirs, ou encore de lutte contre l’embroussaillement et de renoncement à l’usage de produits phytosanitaires. Bref, il s’agit pour eux et avec eux de faire en sorte que la principale source du Salève mérite vraiment son nom d’Eaux-Belles.

- Sites web de Annemasse Agglo (eau potable),
de l’Association foncière pastorale du Salève
et de la Maison du Salève

JPEG - 34.2 ko

Travaux sur Drac en amont de Saint-Bonnet-en-Champsaur
(photo © Charles Queyras TP)

Reconstitution du stock alluvial et sédimentaire
du Drac Amont (Hautes-Alpes)

En hydromorphologie, autrement dit la science qui étudie la forme des cours d’eau, on appelle cela des "altérations anthropiques du transport solide grossier en rivière", pour reprendre le titre de la présentation faite à Megève par Jean-René Malavoi, de l’Office national français de l’eau et des milieux aquatiques. En clair, et qu’il le veuille ou non, l’homme peut en effet perturber de façon importante les processus naturels d’érosion et de déplacement des matériaux solides, tels les galets, qui roulent ou glissent dans les cours d’eau.

Le reboisement des montagnes pour en stabiliser les versants, l’abandon des pâturages peu à peu reconquis naturellement par la forêt, l’aménagement de seuils destinés à retenir les sédiments en amont des vallées, la construction de barrages pour l’irrigation et la production d’énergie, les extractions massives de graviers et autres interventions humaines sur les rivières ont eu pour conséquence, à la longue, d’entraîner un important déficit de leur stock d’alluvions.

Résultats : les nappes phréatiques s’abaissent, les rives s’assèchent et leurs écosystèmes se dégradent, les assises des ponts, digues et autres infrastructures s’affaissent, de grosses incisions apparaissent dans les lits des rivières qui s’enfoncent parfois de plusieurs mètres, et les crues se font toujours plus violentes. C’est ce qui s’est passé, entre autres, dans le bassin supérieur du Drac, une rivière qui prend sa source dans les Hautes-Alpes, dans le Parc des Écrins, et rejoint l’Isère non loin de Grenoble.

Bien résolus à interrompre ce processus destructeur de leur milieu de vie, les habitants de la région de Saint-Bonnet-en-Champsaur et la Communauté locale de l’eau du Drac Amont - avec l’appui technique, comme maître d’oeuvre, du bureau d’études français BURGEAP spécialisé dans l’ingénierie de l’environnement - ont alors décidé de lancer l’un des plus importants projets de recharge sédimentaire de France, en termes de volume. En d’autres mots : de "remettre des cailloux dans la rivière" et de lui "refaire son lit". Les travaux, devisés à 5 millions d’euros et entamés en novembre 2013, se sont achevés en mars 2014 : pour restaurer 3,5 kilomètres de rivière, une noria de camions a déplacé 450’000 mètres cubes de sédiments. Aujourd’hui, le Drac Amont a retrouvé toute sa largeur et ses riverains peuvent se réapproprier leur bien commun.

- Sites web de la
Communauté locale de l’eau du Drac Amont et de la société BURGEAP

JPEG - 14.4 ko

Photo dossier de presse EDF (© Pascal Tournaire)

Déplacement de captage hydroélectrique
sous les glaces du Mont-Blanc

Qui, de passage à Chamonix, observe la Mer de Glace, ne devinera jamais que sous ce célèbre glacier se cache depuis le début des années 1970 une vaste installation entièrement souterraine aménagée par Électricité de France (EDF) : prise d’eau, turbines, alternateur, transformateur, galeries, câbles de transport électrique et autres équipements échappent aux regards. L’essentiel de la production de la Centrale hydroélectrique des Bois - 115 millions de kWh par année - s’y fait entre mai et octobre, grâce au turbinage de l’eau de fonte de la Mer de Glace.

Mais, avec le recul du glacier (de plusieurs dizaines de mètres par an), son utilisation est devenue de plus en plus problématique. Au fil des ans, EDF a bien compris qu’elle n’avait pas d’autre choix que de s’adapter le plus rapidement possible à ce changement climatique et de déplacer le captage bien plus en amont et sous 100 mètres de glace, à l’aplomb du site de Montenvers, bien connu des touristes qui empruntent son chemin de fer.

Pour remplacer la prise d’eau d’origine, abandonnée par la glace et recouverte de débris de moraine dès le printemps 2009, on procéda d’abord au percement d’une galerie de 150 mètres pour récupérer de l’eau sous le glacier et assurer provisoirement l’approvisionnement de l’usine électrique. Puis, non sans difficultés techniques (comme la nécessité de projeter de l’eau pour creuser dans la glace), en faisant appel à des experts en glaciologie voire même à un guide de montagne pour déterminer les meilleurs endroits de captage, et après avoir creusé une galerie spéciale permettant de déblayer les débris rocheux à l’aval du glacier, il devint alors possible d’aménager la grotte glaciaire abritant le nouveau captage ainsi qu’une galerie de dérivation d’environ un kilomètre.

La nouvelle installation a été mise en service au printemps 2011 mais, vu que la Mer de Glace va continuer de fondre, la question reste ouverte quant à sa durabilité : une vingtaine d’années ? Ce qui n’empêche pas d’apprécier les efforts consentis par EDF pour garantir un mode de production énergétique totalement renouvelable et un impact visuel minimum sur les paysages, en l’occurrence sur un site fréquenté chaque année par une multitude de visiteurs.

- Site web EDF énergie hydraulique


Bernard Weissbrodt




Infos complémentaires

JPEG - 29.7 ko

:: Après 20 ans
de soins intensifs,
l’Arve est en bien
meilleure santé

En 1994, lorsqu’une trentaine de communes de Haute-Savoie décidèrent de s’occuper ensemble de leur rivière, l’Arve n’avait pas vraiment bonne mine. Durant les deux derniers siècles, sa vallée, longue d’une centaine de kilomètres, a connu de nombreuses inondations catastrophiques.

Et pour cause : torrent glaciaire à sa naissance sur les flancs du Mont-Blanc, elle connaît de forts débits en été ; mais, au fur et à mesure qu’elle descend vers Genève et sa confluence avec le Rhône à sa sortie du Léman, son régime hydrologique se modifie, devient tributaire de la neige puis de la pluie. Bref : voilà un cours d’eau extrêmement complexe qui en toutes saisons peut connaître des variations de grande amplitude et des crues généralement assez brèves mais caractérisées par de gros débits très rapides.

Au fil des décennies, la vallée a connu une forte croissance économique avec, dans le haut, du côté de Chamonix, d’intenses activités touristiques été comme hiver, ainsi que l’aménagement de nombreuses installations hydroélectriques ; et en aval, un développement industriel axé principalement sur le décolletage, générant de fortes concentrations urbaines, entraînant en même temps d’importantes pollutions industrielles et domestiques.

JPEG - 33 ko

C’est dans le lit de l’Arve que les entrepreneurs se sont alors approvisionnés en millions de mètres cubes de gravier pour construire non seulement les bâtiments et les infrastructures que réclamait ce développement, mais aussi l’autoroute blanche donnant accès aux stations d’altitude et au tunnel du Mont-Blanc.

Du coup, la rivière s’est assez vite retrouvée complètement perturbée : les tresses de ses zones alluviales ont disparu, le cours d’eau s’est rétréci et a creusé son lit de plus en plus profondément, parfois d’une dizaine de mètres, ce qui a eu pour effet d’accélérer encore plus sa vitesse d’écoulement, de fragiliser les berges et d’aggraver les risques de déstabilisation des ponts et autres ouvrages.

Pour se protéger de ces effets désastreux, les collectivités ont imaginé pour ne pas dire improvisé toutes sortes de parades, chacune à sa manière et à son rythme. Jusqu’au jour où il est devenu évident que c’est ensemble qu’elles se devaient de réagir à la dégradation de leur cadre de vie.

JPEG - 26.5 ko

Au milieu des années 1990, un premier contrat de rivière fut conclu, principalement entre les communes riveraines, avec pour objectifs de redonner à l’Arve un espace de liberté et de garantir la sécurité des personnes et des biens, d’améliorer la qualité des eaux grâce à des stations d’épuration performantes et de lutter en particulier contre la pollution industrielle, de préserver et de revaloriser les berges et les espaces naturels, et de veiller également à l’entretien des ouvrages tout au long du cours d’eau. Il fut également décidé de créer un Syndicat mixte d’aménagement de l’Arve et de ses abords (SM3A) chargé de mener à bien les actions prévues dans le contrat de rivière.

JPEG - 32.9 ko

Deux décennies plus tard - alors que ce syndicat s’est entre temps vu confier la mission de gérer les ressources en eau de l’ensemble du bassin versant de l’Arve et de ses affluents, soit un territoire qui regroupe 106 communes et représente plus de la moitié de la superficie de la Haute-Savoie – la rivière a recouvré une bonne part de ses droits et de ses fonctions, de ses qualités naturelles et de sa valeur écologique.

Mais il est encore un peu tôt pour crier victoire. D’autres défis se profilent liés, cette fois, aux changements climatiques. L’élévation des niveaux moyens de température entraîne non seulement un recul et une baisse de volume des glaciers, mais entrave leur fonction de rétention d’eau et de zone tampon, ce qui au fil du temps modifiera le régime hydrologique de l’Arve mentionné précédemment.

Par ailleurs, il faut s’attendre à un dégel des sols qui jusqu’ici restaient gelés en permanence (permafrost) et à une déstabilisation des moraines et des millions de mètres cubes de matériaux solides qui les composent et qui risquent de se retrouver dans les cours d’eau. C’est une autre bataille qui commence. (bw)


Pour en savoir plus :
- Site de la Rivière Arve
- Fiche rivière : L’Arve (éditée par le Canton de Genève)


JPEG - 27.7 ko


- Les illustrations ci-dessus, qui font référence à divers travaux réalisés ces dernières années sur le cours de l’Arve, sont extraites des galeries de photos du SM3A, avec son aimable autorisation.

Mots-clés

Mot d’eau

  • L’eau des Kennedy

    Celui qui pourra résoudre les problèmes de l’eau méritera deux Prix Nobel : un pour la paix et un pour la science. (John F. Kennedy) - Nous sommes témoins de quelque chose d’inédit : l’eau ne coule plus vers l’aval, elle coule vers l’argent. (Robert F. Kennedy)

Glossaire

  • La clepsydre

    C’est, comme le sablier, l’un des plus anciens instruments de mesure du temps qui passe. Il s’agissait le plus souvent d’un vase conique, percé d’un trou à sa base, laissant s’écouler l’eau goutte à goutte. Comme sa face interne comportait des graduations horaires, il suffisait d’observer le niveau de remplissage pour savoir combien d’heures s’étaient écoulées depuis le coucher du soleil.


Contact Lettre d'information