AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2006

10 décembre 2006.

Droit à l’eau potable : Helvetas demande à l’État plus d’engagement

A l’occasion de la Journée internationale des Droits de l’Homme, (...)

A l’occasion de la Journée internationale des Droits de l’Homme, Helvetas, organisation privée suisse de coopération au développement, demande au gouvernement fédéral de s’engager plus fortement pour les faire respecter, en particulier le droit à l’eau. Elle lui rappelle sa promesse de d’engager les moyens nécessaires à la réalisation des Objectifs de développement du Millénaire.

Helvetas, dans un communiqué, met le doigt sur le fait qu’aujourd’hui, plus d’un milliard de personnes n’ont pas accès à l’eau potable. L’approvisionnement en eau insuffisant et le manque d’installations sanitaires ont des conséquences dramatiques : selon les dernières données de l’Organisation Mondiale de la Santé OMS, cette situation est responsable de la mort de 1,6 million d’enfants de moins de cinq ans chaque année. L’eau potable est la condition indispensable pour bénéficier du droit de vivre dans la dignité et à la santé.

En l’an 2000, dans la Déclaration du Millénaire, l’ONU – et la Suisse - se sont fixé pour objectif de réduire de moitié le nombre de personnes sans accès à l’eau potable d’ici à 2015. Or, constate Helvetas, cet objectif ne sera pas atteint sans efforts supplémentaires : rien qu’en Afrique subsaharienne, le nombre de personnes sans accès à l’eau potable augmentera de 47 millions jusqu’en 2015, pour atteindre le chiffre de 367 millions de personnes.

Helvetas sait de quoi elle parle. Dans ses programmes d’eau en Afrique – notamment au Mali, au Bénin, au Cameroun et au Mozambique – l’organisation de développement a permis à un million de personnes d’accéder à l’eau potable durant ces six dernières années. Elle s’engage depuis 40 ans pour améliorer l’approvisionnement en eau potable dans des pays parmi les plus pauvres du monde. (Source : communiqué Helvetas)




Mots-clés

Agenda

Mot d’eau

  • Le Lac

    “Si près qu’ils approchent du lac, les hommes n’en deviennent pas pour ça grenouilles ou brochets. Ils bâtissent leurs villas tout autour, se mettent à l’eau constamment, deviennent nudistes… N’importe. L’eau traîtresse et irrespirable à l’homme, fidèle et nourrissante aux poissons, continue à traiter les hommes en hommes et les poissons en poissons. Et jusqu’à présent aucun sportif ne peut se vanter d’avoir été traité différemment”. (Henri Michaux, "La nuit remue", 1935)

Glossaire

  • Limnologie

    Père de la limnologie (du grec "limné", lac, étang), le savant suisse François-Alphonse Forel (1841-1912) parlait d’elle comme de "l’océanographie des lacs". Il la définissait comme la "science des eaux continentales, des eaux stagnantes réunies dans des bassins limités et profonds, qui ne sont ni des fleuves ou rivières, ni des marais ou étangs, ni des eaux souterraines". Aujourd’hui, cette discipline a pris le sens plus large d’étude de tous les aspects écosystémiques des lacs et des grands réservoirs naturels d’eau douce à ciel ouvert.


Contact Lettre d'information