AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2010

2 décembre 2010.

Des pays européens risquent de ne pas atteindre l’objectif 2015 d’un bon état des ressources en eau

L’Agence européenne pour l’environnement (AEE) vient de publier son (...)

L’Agence européenne pour l’environnement (AEE) vient de publier son 4e rapport quinquennal sur l’état et les perspectives de l’environnement. Sa principale conclusion est que la seule façon pour l’Europe d’améliorer non seulement son environnement, mais aussi sa croissance économique et sa cohésion sociale, passe par une utilisation plus efficace de ses ressources naturelles. S’agissant des ressources en eau, le rapport note que plusieurs régions européennes risquent de ne pas atteindre l’objectif fixé par la Directive-cadre sur l’eau qui demande à tous les membres de l’Union de faire en sorte que d’ici 2015 elle retrouve partout un bon état.

L’Europe, on le sait, connaît des modifications importantes de ses régimes hydrologiques. Sécheresses et inondations, pas assez ou trop d’eau : les situations varient au gré des lieux et des saisons. Une comparaison des impacts des sécheresses dans l’UE entre 1976-1990 et 1991-2006 montre qu’elles affectent deux fois plus de territoires et de populations. Au cours des dix dernières années, l’Europe a également subi plus de 175 inondations majeures, causant parfois d’énormes pertes humaines et économiques. Avec, en toile de fond, des changements climatiques qui pourraient aggraver et multiplier ce genre d’événements extrêmes.

JPEG - 3.8 ko

Les pénuries d’eau ont de graves conséquences pour la plupart des secteurs de l’économie, de l’agriculture au tourisme, en passant par la fourniture d’eau potable et la production d’énergie. Souvent, en de nombreux endroits, la demande en eau dépasse sa disponibilité et l’approvisionnement en eau des écosystèmes vulnérables est négligé. La surexploitation des ressources en eau diminue le débit des rivières, abaisse le niveau des nappes phréatiques et provoque l’assèchement des zones humides.

La tendance à la hausse des dégâts dus aux inondations trouve également une partie de son explication dans des facteurs socio-économiques : augmentation de la population, zones urbaines exposées, bétonnage des sols, déforestation, etc. Et dans la multiplication des barrages et des digues, les corrections et les canalisations de rivières, autant d’aménagements qui réduisent la connectivité des eaux de surface privées de leurs plaines d’inondation naturelles.

L’Europe ne peut pas indéfiniment augmenter son approvisionnement en eau, disent les experts. Il faut au contraire réduire la demande et pour cela prôner des politiques d’encouragement à des pratiques telles que le contrôle des pertes d’eau des réseaux, le recyclage des eaux usées, une meilleure efficacité des usages de l’eau dans l’agriculture et l’industrie, la sensibilisation du public aux économies d’eau domestique.

Menaces sur la qualité de l’eau

Mais c’est aussi et surtout peut-être en termes de qualité que se pose la question de l’état des eaux douces européennes sur lesquelles les pollutions agricoles et urbaines continuent d’exercer des pressions majeures. Là des engrais, pesticides et autres matières organiques, ici des métaux lourds, médicaments et toutes sortes de produits chimiques industriels et ménagers finissent dans les cours d’eau.

Grâce aux incitations d’une autre directive européenne, celle relative au traitement des eaux urbaines résiduaires, de gros efforts ont certes été menés en matière d’assainissement. Il y va de la santé des populations et de la survie des écosystèmes. De plus en plus de collectivités de par l’Europe sont aujourd’hui connectées à des usines de traitement des eaux usées. Mais mieux vaudrait prévenir que guérir et faire l’effort de mieux contrôler les substances polluantes et toxiques là où elles sont produites, de manière à réduire la charge sur les stations d’épuration et la consommation d’énergie que ces traitements impliquent.

D’autres facteurs pourraient encore affecter la qualité de l’eau au cours des décennies à venir parmi lesquels le rapport note les changements climatiques, l’augmentation de la demande alimentaire mondiale et une expansion de la culture de biocarburants. (bw)

- Le rapport The European environment - state and outlook 2010 peut être consulté (en anglais, synthèse en diverses langues) sur le site de l’Agence européenne pour l’environnement




Mots-clés

Agenda

Glossaire

  • Correction de cours d’eau

    Se protéger contre les crues est un souci de tout riverain. Depuis le 18e s., de vastes travaux ont été menés pour "corriger" certains grands cours d’eau (Kander, Linth, Aar, Rhône, etc.) et gagner des terres cultivables. Changement d’approche dès 1991 avec la loi sur l’aménagement des cours d’eau qui stipule que "leur tracé naturel doit être autant que possible respecté ou, à défaut, reconstitué". Il s’agit non plus de les corriger mais de les "renaturer" ou, quand la restauration n’est que partielle, de les "revitaliser".

Mot d’eau

  • “Enfant, j’ai connu
    le Rhône sauvage ...”

    “ ... À leur tour, les enfants d’aujourd’hui se souviendront de leur Rhône. L’essentiel n’est-il pas de garder vivace le lien qui nous unit à la nature ? Elle est notre véritable identité. L’écouter, c’est apprendre à se connaître.” (Pierrette Micheloud)


Contact Lettre d'information