AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2007

15 août 2007.

De l’eau potable grâce à une technologie simple et économique

On sait la terrible réalité des maladies liées à la mauvaise qualité (...)

On sait la terrible réalité des maladies liées à la mauvaise qualité de l’eau : les chercheurs en ont identifié plus d’une vingtaine et elles causent chaque année la mort de près de deux millions de personnes, essentiellement des enfants en bas âge. L’une des grandes urgences sanitaires de la planète est donc d’améliorer la qualité de l’eau. Et pour ce faire, l’une des réponses possibles – mais ce n’est de loin pas la seule – est d’équiper les collectivités les plus pauvres de moyens efficaces de désinfection. Entre autres, la bonne vieille eau de Javel.

L’une des toutes premières priorités des services publics est de garantir à leur population que l’eau qu’elle consomme ne présente aucun risque pour sa santé. Bien qu’il existe aujourd’hui pour cela un certain nombre de produits et de méthodes, c’est encore et toujours le chlore, utilisé depuis plus d’un siècle, qui a la préférence des spécialistes. C’est en effet un désinfectant qui permet de réduire ou d’éliminer la présence de micro-organismes, comme les bactéries et les virus, à l’origine de maladies hydriques graves, voire mortelles (choléra, fièvre typhoïde, etc.)

Même s’il peut présenter parfois quelques inconvénients (son goût et son odeur peuvent être parfois désagréables), le chlore a pour principaux avantages d’être très bien connu, peu onéreux, facile à utiliser et efficace sur la durée (une petite quantité protège l’eau durant tout son processus de distribution). Par ailleurs, il ne présente aucun risque d’un point de vue sanitaire. En pratique, sa teneur habituelle tourne autour du 0,1 milligramme par litre. Mais cette dose peut être augmentée si l’eau qui doit être désinfectée est de qualité douteuse.

Les réseaux de distribution d’eau des pays industrialisés sont généralement sous très haute surveillance, des analyses bactériologiques et chimiques y sont faites très régulièrement et selon des normes généralement très sévères, et les services responsables du traitement de l’eau potable disposent de technologies de filtration et de désinfection de plus en plus sophistiquées.

Ce n’est pas le cas dans un très grand nombre de pays en développement, et plus particulièrement dans les périphéries des villes et en milieu rural où les réseaux d’eau sont quasi inexistants, où l’environnement et le milieu ambiant sont souvent porteurs de bactéries faute d’installations sanitaires de base, où l’eau peut être facilement contaminée au puits, durant son transport et dans ses utilisations domestiques.

La bonne vieille eau de Javel

Plusieurs moyens et méthodes de désinfection sont proposés, faciles à mettre en œuvre et relativement peu coûteux : bouillir l’eau avant tout usage alimentaire (mais cela pose problème dans les régions pauvres en bois de chauffage), filtrer l’eau à travers des filtres à sable (mais ce procédé n’élimine pas les bactéries), traiter l’eau aux rayons UV solaires (mais cela dépend de l’ensoleillement).

Reste à privilégier la chloration, et plus concrètement l’hypochlorite de sodium, plus connue sous le nom d’eau de Javel découverte à la fin du 19e siècle par le chimiste français Berthollet et considérée aujourd’hui comme le plus universel des désinfectants. Toutefois, dans des pays pauvres, cela ne va pas sans quelques problèmes « commerciaux » : produits mal identifiés ou trafiqués, mauvais conditionnement (l’eau de Javel doit être conservée dans des contenants opaques), stockages inadéquats (températures élevées), etc.

Mais cela n’enlève rien à ses mérites. Et si on lui porte aujourd’hui un intérêt renouvelé, c’est parce que l’on peut recourir à une « technologie appropriée » (simple, peu encombrante et peu coûteuse, d’emploi facile) qui permet aujourd’hui à une petite collectivité, quartier ou village, de produire elle-même sa propre eau de Javel, à savoir l’électrolyse d’une eau salée grâce à une source de courant provenant d’une batterie. Une ONG et une PME, ayant toutes deux siège à Genève, proposent divers kits d’appareils utilisant cette technologie (voir ci-contre).

Une petite partie seulement de la réponse

Quoi qu’il en soit des aspects bénéfiques de cette technologie adaptée aux moyens de ces petites collectivités, cela ne résout qu’une partie des problèmes d’eau potable. Il y a un immense effort à faire du côté des pouvoirs locaux, régionaux et nationaux, et avec la solidarité internationale, pour que plus d’un milliard de personnes de par le monde aient enfin un accès à l’eau conforme à leur dignité et à leurs droits. Il en va de même, pour plus de deux milliards et demi de gens, en ce qui concerne l’aménagement d’infrastructures sanitaires au moins rudimentaires.

Et tout cela suppose aussi des campagnes de sensibilisation au B.A.-BA de l’hygiène et des programmes d’éducation sanitaire de manière à changer les habitudes et les comportements individuels et collectifs. Sans quoi tout effort d’amélioration de la qualité de l’eau restera sans aucun effet, avec le risque que les maladies hydriques continuent leurs ravages mortels. (bw)




Infos complémentaires

JPEG - 3 ko
Photo Antenna-WATA

Antenna-WATA
et Watalys

Deux entités installées à Genève – une ONG, Antenna Technologies, et une PME, Bulane SA (voir ci-dessous) – proposent chacune un appareillage à peu près similaire de production de solution chlorée par électrolyse.

Ce dispositif, dont le format de base pèse moins de 200 grammes et mesure une trentaine de centimètres, est muni de deux électrodes. Plongé dans un récipient d’eau légèrement salée et relié à une source de courant électrique continu de 12 volts, il peut en une heure produire une solution concentrée de désinfectant.

La solution concentrée ainsi obtenue peut être ensuite utilisée de deux manières :

- Soit sous une forme légèrement diluée (quelques fois son volume en fonction des besoins) pour la désinfection de locaux, de textiles et d’ustensiles en tous genres dans les services de santé, les commerces alimentaires et autres lieux qui réclament de grandes précautions d’hygiène.

- Soit pour la chloration de l’eau de boisson à condition de la diluer très fortement (un litre de solution pour 4’000 à 6’000 litres d’eau en fonction de la qualité d’origine de l’eau à désinfecter).

JPEG - 5 ko
Photo Bulane SA/Watalys

Antenna Technologies (AT), qui fabrique et diffuse l’appareil Antenna-WATA, est une association à but non lucratif fondée en 1989. Elle est spécialisée dans les domaines de la nutrition, de la santé et dans le développement de technologies adaptées aux besoins des populations les plus démunies. Son action est principalement axée sur la lutte contre la malnutrition, l’eau potable et la santé publique. Site internet : www.antenna.ch


Bulane SA, qui fabrique et diffuse l’appareil Watalys, est une petite entreprise créée en 2006. Elle veut apporter une réponse nouvelle à l’approvisionnement en eau potable dans les régions défavorisées avec pour condition, une totale autonomie des utilisateurs. Son objectif, disent ses fondateurs, est avant tout de créer de la "valeur sociale" plutôt qu’un bénéfice financer à court terme. Sites internet : www.bulane.com et www.watalys.com

Mots-clés

Glossaire

  • Aquaponie

    Mode de production alimentaire qui conjugue la culture de plantes (hors-sol) et celle d’animaux aquatiques (aquaculture) dans un système de recirculation. Cette méthode, économe en eau, utilise les déchets de poissons comme solution nutritive organique pour cultiver des légumes. L’aquaponie permet de produire des aliments riches en protéines. Elle peut être pratiquée dans de petites unités domestiques comme dans de grandes surfaces à but commercial, en eaux douces comme en eaux saumâtres (Source : FAO).

Mot d’eau

  • Entre la ressource et la source, comment dire l’eau avec justesse ?

    " Entre l’expérimentation du chimiste qui dit clairement la composition de l’eau mais en oublie l’usage, et l’expérience des usagers qui en vivent les troubles, les dangers et les surprises, y a-t-il une place pour une épreuve de soi et du monde qui dise l’eau au lieu de ne faire qu’en parler ? " (Jean-Philippe Pierron, "La Poétique de l’eau")


Contact Lettre d'information