AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2003

5 mars 2003.

Crise de l’eau, crise de gouvernance

Le premier Rapport mondial sur la mise en valeur des ressources (...)

Le premier Rapport mondial sur la mise en valeur des ressources en eau (WWDR) constitue l’analyse la plus complète et la plus à jour sur l’état des ressources en eau de la planète. Diagnostic : face à "l’inertie au niveau des dirigeants", la crise mondiale de l’eau prendra dans les années à venir une ampleur sans précédent avec "une augmentation du déficit par tête dans de nombreux endroits du monde en développement".

Dix jours avant l’ouverture du troisième Forum mondial de l’eau (Kyoto, Japon, 16-23 mars), les Nations Unies publient une vaste étude coordonnée par l’UNESCO et le Département des Affaires économiques et sociales de l’ONU.

"Aucune région ne sera épargnée"

Premier constat : les ressources en eau vont diminuer de manière constante en raison de la croissance démographique, de la pollution et du changement climatique prévu.

"Aucune région ne sera épargnée par l’impact de cette crise qui touche tous les aspects de la vie, de la santé des enfants à la capacité des pays à nourrir leurs citoyens", déclare Koïchiro Matsuura, Directeur général de l’UNESCO.

"Les ressources en eau sont en chute libre alors que la demande augmente de façon dramatique. Au cours des 20 prochaines années, on s’attend à une diminution d’un tiers, en moyenne, de l’eau disponible par personne dans le monde".

La volonté politique fait défaut

Second constat : malgré les symptômes évidents de la crise, la volonté politique nécessaire pour inverser les tendances a cruellement fait défaut.

Depuis 25 ans, de nombreuses conférences internationales ont été consacrées aux diverses thématiques de l’eau, plusieurs objectifs ont été définis pour améliorer la gestion des ressources en eau mais "aucun n’a vraiment été atteint".

Selon le rapport, c’est une question d’attitudes et de comportements : "l’inertie au niveau des dirigeants ainsi que l’absence d’une prise de conscience du problème par la population mondiale font que nous ne menons pas, en temps utile, les actions correctives nécessaires". La crise de l’eau est une crise de gouvernance.

Un inventaire sans précédent

Le rapport passe en revue les dimensions majeures de l’utilisation et de la gestion de l’eau dans les domaines comme la santé, l’alimentation, les écosystèmes, les villes, l’industrie, d l’énergie, la gestion des risques, l’évaluation économique, partage et la gouvernance des ressources.

Assorti de nombreuses cartes mondiales, tableaux, graphiques et études de cas, le rapport analyse comment les différentes sociétés font face à la pénurie d’eau, avec leurs succès et leurs échecs.

A travers le Programme mondial pour l’évaluation des ressources en eau (WWAP), il propose des méthodologies et des outils qui devraient en principe permettre à l’ONU de mieux répondre à cette crise de l’eau qui est "au cœur de notre survie et de la survie de notre planète Terre". (bw)


Pages du site UNESCO sur le Rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau

Voir la fiche : La crise mondiale en quelques chiffres




Mots-clés

Glossaire

  • Débit résiduel

    Volume d’écoulement qui subsiste après un prélèvement dans un cours d’eau (par exemple pour des besoins d’irrigation ou de production d’énergie). Maintenir un minimum de débit et de profondeur d’eau en aval d’une installation est absolument indispensable pour préserver la qualité de l’eau, assurer la recharge des nappes souterraines, protéger la faune et la flore et offrir des possibilités de loisirs. En Suisse, le débit résiduel minimal à garantir dans les cours d’eau à débit permanents est défini par la législation fédérale.

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information