AccueilBloc-Notes

29 août 2017.

Coût de l’accès universel à l’eau : 150 Mia USD par an

150 milliards de dollars devraient être dépensés chaque année au (...)

150 milliards de dollars devraient être dépensés chaque année au niveau mondial pour atteindre d’ici 2030 l’objectif de développement durable relatif à l’accès à des services d’eau et d’assainissement durables. C’est quatre fois plus que ce que les États n’investissent actuellement dans l’approvisionnement en eau, l’assainissement et l’hygiène. Ce chiffre, avancé dans un nouveau rapport de la Banque mondiale publié à Stockholm dans le cadre de la Semaine mondiale de l’eau, paraît irréalisable pour la plupart des pays qui doivent changer radicalement leur façon de gérer les ressources et de fournir les services de base : "Pour commencer, ils doivent mieux cibler les bénéficiaires pour être sûrs d’atteindre les populations qui ont le plus besoin de ces services et rationaliser l’utilisation des ressources afin d’assurer la pérennité et l’efficacité des services publics."




Mots-clés

Agenda

Glossaire

  • Crue, inondation

    La crue est un phénomène caractérisé par la montée plus ou moins forte du niveau d’un cours d’eau et par une nette augmentation de son débit. Elle ne se traduit pas forcément par un débordement de son lit habituel. On parle d’inondation lorsqu’une crue entraîne la submersion par un cours d’eau de son espace d’expansion naturelle (lit majeur) ou aménagé dans ce but, mais aussi des terres cultivées et des zones habitées, mettant alors en danger les riverains et pouvant causer d’importants dommages à leurs biens.

Mot d’eau

  • “Quel épouvantable désastre !”

    “Près de deux mille maisons écroulées ; sept cents morts ; tous les ponts emportés ; un quartier rasé, noyé sous la boue ; des drames atroces ; vingt mille misérables demi-nus et crevant la faim ; la ville empestée par les cadavres, terrifiée par la crainte du typhus ; le deuil partout, les rues pleines de convois funèbres, les aumônes impuissantes à panser les plaies. Mais je marchais sans rien voir, au milieu de ces ruines. J’avais mes ruines, j’avais mes morts, qui m’écrasaient.” (Émile Zola, "L’inondation", 1883.)


Contact Lettre d'information