AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2008

10 juillet 2008.

Coopération : la Suisse analyse son aide dans le secteur eau

Parallèlement à leur rapport sur la coopération internationale de la (...)

Parallèlement à leur rapport sur la coopération internationale de la Suisse en 2007, la Direction du développement et de la coopération (DDC) et le Secrétariat d’État à l’économie (SECO) publient un rapport sur l’efficacité de l’aide dans le secteur de l’eau. D’où il ressort, entre autres, que la coopération suisse au cours des cinq dernières années a permis à quelque 370’000 personnes supplémentaires de bénéficier chaque année d’un meilleur accès à l’eau potable et à l’assainissement, pour un investissement annuel moyen de 68 millions de francs. Bilan global positif, disent les experts, mais les questions d’environnement méritent cependant une attention accrue.

En point de mire des deux offices fédéraux concernés : la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement et notamment celui qui vise à réduire de moitié, à l’horizon 2015, le pourcentage de la population qui n’a pas accès de façon durable à un approvisionnement en eau potable et à des installations sanitaires de base. Le rapport sur l’efficacité de l’aide porte précisément sur l’impact de l’aide suisse dans ce secteur. Une bonne vingtaine de mesures bilatérales et multilatérales ont été passées sous la loupe d’experts externes, avec la participation des bénéficiaires des projets analysés.

Durant la période passée en revue, les programmes mis en oeuvre par la Suisse dans le secteur de l’eau ont permis, chaque année, à quelque 370’000 personnes supplémentaires de bénéficier d’un accès à l’eau potable et à l’assainissement de base, et à 30’000 personnes d’obtenir un accès aux systèmes d’irrigation. Le résultat est certes fort louable et si la contribution suisse représente moins de 1 % de l’objectif mondial, le rapport souligne toutefois que l’influence de la Suisse sur l’agenda mondial dans le secteur de l’eau est plus importante que ne le laisse supposer le volume de son engagement financier.

"Francs bien investis"

Le rapport constate également que les investissements consentis dans le secteur de l’eau ont un bon rapport coût/utilité : dans les projets pris en compte dans l’analyse, chaque franc suisse investi a engendré un bénéfice social et économique oscillant entre trois et cinq francs, confirmant ainsi le bien-fondé économique de ces efforts. De ce point de vue, l’un des registres dans lesquels la coopération suisse a obtenu les résultats les plus notables est probablement celui de la promotion des entités locales partenaires des projets et qui prennent elles-mêmes en charge l’exploitation et l’entretien des installations. Les auteurs du rapport notent que de ce fait les effets positifs de l’aide se font sentir durablement dans la mesure où les conditions cadres dans le pays bénéficiaire restent elles aussi positives.

Gestion intégrée : peut faire mieux

L’un des grands défis posés aux différents acteurs de l’eau en termes d’impact et de durabilité réside dans la mise en œuvre conséquente de sa gestion intégrée. Le rapport, de ce point de vue, met en évidence qu’à l’avenir les principes « pas d’adduction d’eau sans assainissement » et « pas d’irrigation sans évacuation des eaux » devraient être encore plus scrupuleusement suivis dans les programmes suisses. À défaut, l’efficacité des mesures prises serait bien moins importante qu’escomptée et des problèmes d’environnement pourraient apparaître, compte tenu notamment des perspectives de changements climatiques. (Source : Rapport et communiqué de presse)


Le « Rapport sur l’efficacité de la coopération suisse au développement dans le secteur de l’eau » peut être téléchargé sur le site de la Direction du développement et de la coopération (DDC)




Infos complémentaires

Image DDC

:: De quelques bénéfices concrets

L’eau plus proche
Au Niger, les trajets pour l’approvisionnement en eau ont été réduits à un kilomètre au plus. Les temps d’attente se sont également raccourcis, car chaque puits dessert moins d’habitants. L’économie de temps s’élève jusqu’à quatre heures par jour.

Promotion des femmes
Au Nicaragua, les nombreux cours de perfectionnement donnés dans le cadre du programme suisse de gestion de l’eau ont déployé leurs effets : les présidences des groupes d’utilisateurs sont aujourd’hui assumées à près de 40 % par des femmes.

Création d’emplois
Grâce notamment au soutien apporté par la Suisse, de nombreux pays se sont lancés dans la production de pompes manuelles (Inde, Bangladesh, Mozambique, Tanzanie, Afghanistan et bien d’autres encore).

Élan agricole
Le développement de la vallée de Fergana, en Asie centrale, doit beaucoup aux programmes suisses. La productivité agricole a augmenté et les paysans constatent que la répartition de l’eau est plus équitable entre les cours supérieur et inférieur du fleuve. Les conflits sont moins nombreux.

(Extraits du Rapport sur l’efficacité de la coopération suisse au développement dans le secteur de l’eau)

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information