AccueilRessourcesOutils

2009.

"Congo River", film documentaire de Thierry Michel

Ce long métrage du documentariste belge Thierry Michel emmène ses (...)

Ce long métrage du documentariste belge Thierry Michel emmène ses spectateurs aux sources du fleuve du Congo, véritable colonne vertébrale et axe de communication essentiel de la RDC. Il évoque de nombreuses facettes du Congo d’hier et d’aujourd’hui.

“Avec Congo River, j’ai voulu aller plus loin et dépasser l’univers que je connais bien, l’univers urbain des grandes villes congolaises Kinshasa, Kisangani, Lubumbashi. J’ai voulu, par ce voyage un peu initiatique à la source du fleuve, découvrir l’Afrique dans son intemporalité, dans son retour à ses origines, mais aussi dans les tumultes de l’histoire, parce qu’un fleuve est toujours le témoin de l’histoire.” (Thierry Michel)

JPEG - 5.3 ko

Ce documentaire propose un voyage dans l’espace et dans le temps et invite à la découverte d’un pays, de ses tragédies et de ses espoirs. Une barge sur laquelle s’entassent quelque 300 personnes et du bétail remonte le fleuve Congo sur 1’700 kilomètres, de Kinshasa à Mbandaka. Au-delà des rapides, le film fait un saut jusqu’à Kisangani, en des lieux dévastés par de longues guerres intestines.

Congo River

Film long métrage documentaire, Belgique, 2006.
Réalisation : Thierry Michel
Production : Les Films de la Passerelle, LesFilms d’ici.
Durée : 116 minutes

Ce dossier pédagogique peut être téléchargé
sur le site www.e-media.ch




Mots-clés

Glossaire

  • Bédières et moulins

    Une bédière est un torrent d’eaux de fonte ou de pluie qui s’écoulent à la surface d’un glacier et qui au fil du temps finissent par creuser des moulins, sortes de gouffres qui eux-mêmes débouchent sur des réseaux de galeries à l’intérieur ou sous le glacier et jusqu’à sa partie frontale. C’est en quelque sorte un système hydrologique qui ressemble, à certains égards, à celui que l’on trouve dans des massifs karstiques où par érosion l’eau forme toutes sortes de cavités souterraines.

Mot d’eau

  • L’eau fugitive

    On entendait à peine au fond de la baignoire / Glisser l’eau fugitive, et d’instant en instant / Les robinets d’airain chanter en s’égouttant. (A. de Musset, Premières poésies, « Namouna », viii.)


Contact Lettre d'information