AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2008

5 septembre 2008.

Colombie : 2 millions de signatures pour le droit à l’eau

Après les Uruguayens qui en 2004 par voie d’initiative populaire et (...)

Après les Uruguayens qui en 2004 par voie d’initiative populaire et avec une majorité de près des deux tiers des votants avaient inscrit dans leur loi fondamentale le refus de toute privatisation du domaine de l’eau, c’est au tour des citoyens colombiens de se mobiliser pour la même cause. Un comité référendaire a dans ce sens récolté 2’044’267 signatures demandant l’organisation d’un référendum pour que la Constitution nationale consacre elle aussi l’accès à l’eau potable comme un droit humain fondamental.

La proposition de référendum demande la reconnaissance explicite du droit humain fondamental à l’eau potable, la gratuité de son minimum vital, la gestion directe de l’eau par le service public qui ne pourra la déléguer à aucune société tiers et la protection spéciale des écosystèmes essentiels au cycle hydrologique, sources, lacs, rivières, rives et zones humides notamment. Ces différents postulats nécessitent pour cela l’inscription de deux nouveaux articles dans la Constitution, ainsi que l’introduction de paragraphes additionnels dans trois autres articles.

JPEG - 7.1 ko
Remise des 294 cartons de signatures au représentant de la Registraduría Nacional

Dans un premier temps, les services de l’Etat devront procéder à la vérification des signatures et à leur décompte comparé aux données du recensement des électeurs inscrits. Pour que le processus de referendum suive son cours, le total des signatures validées doit représenter au moins 5% du corps électoral, soit environ 1’404’000. C’est la condition sine qua non pour qu’ensuite le comité référendaire puisse présenter son projet de loi devant le Congrès qui a compétence pour décider d’un référendum. (Source texte et photos : Comunicado de prensa, Registraduría Nacional)




Mots-clés

Glossaire

  • Aquaponie

    Mode de production alimentaire qui conjugue la culture de plantes (hors-sol) et celle d’animaux aquatiques (aquaculture) dans un système de recirculation. Cette méthode, économe en eau, utilise les déchets de poissons comme solution nutritive organique pour cultiver des légumes. L’aquaponie permet de produire des aliments riches en protéines. Elle peut être pratiquée dans de petites unités domestiques comme dans de grandes surfaces à but commercial, en eaux douces comme en eaux saumâtres (Source : FAO).

Mot d’eau

  • Entre la ressource et la source, comment dire l’eau avec justesse ?

    " Entre l’expérimentation du chimiste qui dit clairement la composition de l’eau mais en oublie l’usage, et l’expérience des usagers qui en vivent les troubles, les dangers et les surprises, y a-t-il une place pour une épreuve de soi et du monde qui dise l’eau au lieu de ne faire qu’en parler ? " (Jean-Philippe Pierron, "La Poétique de l’eau")


Contact Lettre d'information