AccueilRessourcesDocuments

24 mai 2002.

Coalition mondiale contre la privatisation de l’eau (2002)

Suite à sa déclaration fondatrice de Porto Alegre en février 2002, (...)

Suite à sa déclaration fondatrice de Porto Alegre en février 2002, la Coalition mondiale contre la privatisation et la marchandisation de l’eau a tenu sa première réunion à Créteil les 23 et 24 mai 2002 dans le cadre de l’Université de l’eau du Val-de-Marne. Elle s’est donnée comme objectif principal de promouvoir la coopération et le soutien mutuel de ses membres (groupements citoyens, associations, institutions publiques, mouvements…) et s’est fixé quatre buts essentiels.

1) Assurer le droit à l’eau pour tous

Assurer le droit à l’eau pour tout être humain conformément au droit à la vie reconnu par la Déclaration universelle des droits de l’homme, les lois constitutionnelles et les textes fondamentaux d’un très grand nombre de pays du monde, et faire reconnaître ainsi l’eau comme patrimoine commun de l’humanité et ressource fondamentale pour toute la biosphère.

2) Préserver l’eau pour la vie et les générations futures

Mettre fin à l’actuelle utilisation non soutenable (par exemple par les grands barrages et l’irrigation intensive) et non-démocratique de l’eau, source majeure d’insécurité et d’inégalités croissantes en quantité et qualité dans le droit à l’eau .

3) Lutter contre la privatisation et la marchandisation

Renforcer et coordonner les mouvements locaux, nationaux et mondiaux de lutte contre la privatisation et la marchandisation de l’eau par les multinationales promues par les institutions internationales, et pour un retour au service public local, en étroite liaison avec les autres luttes citoyennes (par exemple des usagers, des syndicats, des populations autochtones, etc.) pour la justice, la démocratie, la paix et la solidarité, dont Porto Alegre a mis en évidence la force, la diversité et la pertinence pour la construction d’un autre monde.

4) Mettre en place un modèle innovateur de service public au niveau mondial

Promouvoir et valoriser des régimes publics et démocratiques de la propriété, de la gestion et du contrôle de l’eau par tous les moyens, en particulier le financement collectif et la participation démocratique, dans la solidarité et le respect du droit à la vie des générations futures.

Les participants de la réunion de Créteil venaient des pays (18) et continents suivants
Afrique : Ghana, Maroc, Tunisie
Amérique latine : Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Salvador
Amérique-du-Nord : Etats Unis, Québec
Asie : Inde, Japon, Malaisie
Europe : Belgique, Espagne, France, Italie, Suisse




Mots-clés

À paraître

Agenda

Glossaire

  • Eau de Javel

    Appellation populaire, du nom d’un quartier parisien, d’une solution aqueuse d’hypochlorite de sodium, de couleur jaunâtre et à forte odeur de chlore, souvent employée, diluée dans l’eau, comme désinfectant, détachant ou décolorant. De nombreux produits ménagers de nettoyage, de lessive et de vaisselle en contiennent à des concentrations variables. Elle est également utilisée pour la potabilisation de l’eau, dans les piscines, dans les stations d’épuration et dans l’industrie, notamment dans les papeteries.

Mot d’eau

  • La communauté, nappe souterraine

    “La communauté est une nappe affective souterraine et chacun boit la même eau à cette source et à ce puits qu’il est lui-même – mais sans le savoir, sans se distinguer de lui-même, de l’autre ni du Fond.” (Michel Henry, "Phénoménologie matérielle", 1990)


Contact Lettre d'information