AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2012

8 juin 2012.

Changements climatiques et ressources en eau : la Suisse ne doit pas rester les bras croisés

On connaît maintenant les résultats du projet de recherche, mandaté (...)

On connaît maintenant les résultats du projet de recherche, mandaté depuis quelques années par l’Office fédéral de l’environnement, sur les impacts des changements climatiques sur le régime hydrologique de la Suisse : au cours des vingt prochaines années, le niveau annuel des ressources en eau ne devrait guère varier, mais à long terme, il faudra s’attendre à des crues et à des étiages plus fréquents. Il revient désormais au monde politique de décider des stratégies qui apporteront des réponses adéquates à ces prévisions.

Le projet “Changement climatique et hydrologie en Suisse” (CCHydro) avait pour objectif d’élaborer des scénarios liés au cycle de l’eau et aux débits pour les périodes autour de 2035 et de 2085. L’Office fédéral de l’environnement s’est plus particulièrement intéressé aux changements prévisibles d’ici la fin du siècle dans le domaine des régimes hydrologiques, des risques de crue et d’étiage, et des températures des eaux.

- Légère baisse des débits à long terme : au cours des vingt prochaines années, le niveau annuel des ressources en eau de Suisse ne va guère se modifier. A long terme, les ressources en eau disponibles baisseront légèrement, mais le régime d’écoulement va changer dans presque tout le pays. Vers la fin du siècle, la grande majorité des bassins versants à régime glacio-nival auront disparu. Les régimes des petits bassins versants seront marqués d’un caractère méridional toujours plus accentué. Sur le Plateau, un régime dit "pluvial de transition" se distinguera par un débit minimal marqué en août et par deux maxima en janvier et mars. Dans de nombreuses régions, les débits seront nettement plus importants en hiver et moindres en été.

- Diminution des réserves d’eau de fonte : la hausse de la température provoquera une élévation de la limite des chutes de neige et une diminution de la superficie enneigée, de l’épaisseur du manteau neigeux et de sa persistance, et donc aussi des réserves d’eau de fonte : une part toujours plus importante des précipitations s’écoulera immédiatement, surtout en hiver. La fonte progressive des glaciers va induire des écoulements supplémentaires dans les bassins versants des Alpes, mais sur une période relativement limitée. Car d’ici à 2100, il ne restera que 30% du volume de glace actuel, principalement dans le bassin versant du Rhône.

- Modification prévisible des précipitations : la tendance déjà constatée d’une légère augmentation des précipitations va se confirmer : elles seront à peine plus fréquentes au nord, mais se feront un peu plus rares au sud du pays. Les deux versants des Alpes enregistreront une nette redistribution de ces précipitations : elles diminueront fortement en été (- 20 %) et augmenteront le reste de l’année (sauf au printemps dans le sud). Cela renforcera l’impact sur les débits des changements observés dans les réservoirs (neige, glace) suite à la hausse de la température. En hiver, il y aura plus de précipitations liquides, et en été, nettement moins de pluies et d’eaux de fonte. Les sécheresses seront plus fréquentes et dureront plus longtemps.

- Restent de nombreuses incertitudes : les chercheurs reconnaissent toutefois qu’il est quasiment impossible actuellement d’émettre des prévisions fiables quant aux épisodes de fortes précipitations et que les scénarios liés aux émissions de gaz à effet de serre et aux changements climatiques présentent de grandes incertitudes, notamment en ce qui concerne la hausse de la température. Les études doivent être poursuivies, mais les incertitudes actuelles ont déjà été prises en compte dans les modélisations hydrologiques et il est donc nécessaire de prendre d’ores et déjà un certain nombre de mesures d’adaptation, entre autres :

    • mieux se protéger contre les crues,
    • prévenir les conflits possibles entre les différents utilisateurs des ressources en eau,
    • examiner les règlementations relatives à des domaines comme le déversement d’eaux de refroidissement et d’eaux usées, les débits résiduels des ouvrages hydrauliques, la régulation des lacs ou la navigation sur le Rhin,
    • aménager des réservoirs supplémentaires et à usages multiples,
    • préserver les écosystèmes des cours d’eau, etc. (Source : OFEV)

- Un bref résumé du rapport de synthèse sur les impacts des changements climatiques sur les eaux et les ressources en eau est disponible sur le site de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV)




Infos complémentaires

JPEG - 12.7 ko

Le glacier du Rhône, en recul comme la quasi totalité des glaciers de Suisse
(photo aqueduc.info)

:: « Agir dès aujourd’hui, c’est limiter les coûts »

Présente lors de la publication des résultats de ce projet, Doris Leuthard, ministre suisse de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication, considère ce rapport comme un élément essentiel pour les futures stratégies au plan national : " les changements climatiques et leurs impacts sur le régime hydrologique de notre pays nous confrontent à de nouveaux défis, notamment dans les domaines de la protection contre les crues, de l’agriculture, de la gestion des eaux dans les agglomérations et de l’approvisionnement énergétique. Nous serons capables de maîtriser ces changements si nous nous en occupons suffisamment tôt et prenons les mesures nécessaires ; c’est par exemple le cas dans le domaine de la protection contre les crues, où le besoin d’espace des cours d’eau doit être défini et adapté. L’adaptation aux changements climatiques n’ira pas sans frais. Agissons dès maintenant pour limiter les coûts des dommages à venir ; si nous ne prenons aucune mesure immédiate, le prix à payer à long terme sera plus élevé."

En mars 2012, le gouvernement suisse a adopté le premier volet de sa stratégie sur l’adaptation aux changements climatiques qui définit les objectifs, les défis et les champs d’action possibles. Plusieurs champs d’action de degrés d’urgence différents y sont décrits concernant le secteur de la gestion des eaux. Un plan d’action doit être présenté fin 2013.

- Lire dans aqueduc.info : La Suisse définit sa stratégie d’adaptation aux changements climatiques

Mots-clés

À paraître

Agenda

Glossaire

  • Eau de Javel

    Appellation populaire, du nom d’un quartier parisien, d’une solution aqueuse d’hypochlorite de sodium, de couleur jaunâtre et à forte odeur de chlore, souvent employée, diluée dans l’eau, comme désinfectant, détachant ou décolorant. De nombreux produits ménagers de nettoyage, de lessive et de vaisselle en contiennent à des concentrations variables. Elle est également utilisée pour la potabilisation de l’eau, dans les piscines, dans les stations d’épuration et dans l’industrie, notamment dans les papeteries.

Mot d’eau

  • La communauté, nappe souterraine

    “La communauté est une nappe affective souterraine et chacun boit la même eau à cette source et à ce puits qu’il est lui-même – mais sans le savoir, sans se distinguer de lui-même, de l’autre ni du Fond.” (Michel Henry, "Phénoménologie matérielle", 1990)


Contact Lettre d'information