AccueilLe site

2003.

Canal info eau

En guise de préface...

A l’origine d’aqueduc.info, né au printemps 2003, réaménagé en automne 2006 et reconfiguré en automne 2016, un projet : celui d’un site internet personnel et indépendant (dans sa rédaction et son financement) consacré à l’information sur les problématiques actuelles de l’eau (douce) sous l’angle du développement durable (aspects économiques, environnementaux, sociaux, politiques et culturels).

Pourquoi "aqueduc" ?

L’aqueduc (mot emprunté au latin ’aquaeductus’) désigne un canal artificiel, construit en maçonnerie, parfois souterrain, parfois à fleur de sol, mais plus généralement aérien, "destiné à capter et à conduire l’eau d’un lieu à un autre" (selon la définition du Trésor de la Langue Française).

Alors que le français courant semble avoir relégué le mot dans le catalogue des ponts antiques, l’italien acquedotto et l’espagnol acueducto qui empruntent les mêmes racines latines le font résonner de façon résolument moderne en l’utilisant aussi bien pour les eaux d’irrigation ou les eaux industrielles que pour l’eau potable.

L’aqueduc romain renvoie certes à des valeurs fondamentales propres aux biens communs ainsi qu’aux "choses publiques" qui excluent toute forme d’appropriation de l’eau, postulant la responsabilité de tous et de chacun pour leur préservation. Mais sa richesse de sens va bien au-delà du registre politique.

L’aqueduc est symbole de vie puisqu’il apporte à l’homme une ressource dont il ne peut se passer. Il signifie le partage, reliant un amont et un aval, parfois un bassin versant à un autre. Il met en valeur le savoir-faire des métiers de l’eau. Il témoigne d’un patrimoine historique en matière de gestion de l’eau. Et dans le même mouvement il est une invitation à se préoccuper de l’héritage laissé aux générations futures.

Voilà un vocable qui sied donc bien à un site qui se veut "capteur" d’informations diverses sur les thématiques de l’eau, "canal" de communication entre ceux qui s’intéressent à ce thème toujours plus d’actualité en tous points de la planète, et qui se montrent attentifs à la préservation et à la promotion de ce bien commun irremplaçable.

Bernard Weissbrodt


- Les contenus du site aqueduc.info (textes et images)
sont sous licence CC BY-SA



Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information