AccueilInfosOn en parle

20 avril 2010.

Brésil : un consortium national construira le barrage controversé de Belo Monte

Malgré une série de décisions judiciaires à rebondissements visant à (...)

Malgré une série de décisions judiciaires à rebondissements visant à suspendre la procédure des appels d’offres pour la construction du barrage hydroélectrique géant de Belo Monte sur la rivière Xingu, affluent de l’Amazone, c’est un consortium brésilien qui a remporté la mise : Norte Energia, dirigé par la Compagnie hydroélectrique du Sao Francisco, filiale de l’entreprise publique Eletrobras. Mais les mouvements d’opposants au projet, principalement indigènes et écologistes, semblent décidés à poursuivre leur contestation jusque sur le site du futur barrage.

Brève chronologie des événements récents :

2 février

Le ministère brésilien de l’environnement a donné son feu vert au projet controversé de barrage de Belo Monte (voir article aqueduc.info).

14 avril

Un juge de l’État amazonien du Para (nord du Brésil) annonce l’annulation de la licence écologique et la suspension de l’appel d’offres. Il demande à l’Institut brésilien de l’Environnement de ne pas émettre de nouvelle licence et à l’Agence nationale de l’énergie de suspendre l’appel d’offres sous peine d’une amende pour ‘crime écologique’. Cette décision, qui peut faire l’objet d’un appel à Brasilia, est accueillie comme une victoire par les adversaires du projet, dont le chanteur Sting, le cinéaste James Cameron ou l’actrice Sigourney Weaver qui font campagne contre le barrage.

16 avril

Le tribunal régional fédéral compétent pour tout le nord du Brésil rétablit la licence et autorise la poursuite de la procédure d’appel d’offres.

19 avril

Nouvelle intervention du tribunal du Para contre l’autorisation de construire le barrage, suivie aussitôt de la décision fédérale d’annuler cette décision.

20 avril

À Brasilia, l’Agence nationale d’énergie électrique (ANEEL) à Brasilia annonce que le consortium Norte Energia a remporté l’appel d’offres face au seul concurrent restant en lice, à savoir le consortium Belo Monte Energia. Norte Energia a proposé un prix pour la vente d’énergie à quelque 44 dollars par mégawatt/heure produit.

- « Nous n’allons pas nous décourager, nous continuerons à manifester », déclare à la presse Renata Pinheiro, du mouvement Xingu Vivo. Les opposants annoncent leur intention d’occuper les terres qui seront inondées par ce barrage hydroélectrique.
- Le gouvernement du président Lula da Silva assure que le projet n’aura pas d’impact sur les terres où vivent les indiens et fait valoir que le barrage est nécessaire si l’on veut répondre aux besoins énergétiques du pays.
- Par ailleurs, le gouvernement compte sur l’appui d’une partie de la population locale qui pourrait bénéficier de plusieurs milliers d’emplois directs et indirects générés par le projet.

Avec une production de 11’000 MW, Belo Monte sera la troisième plus grande centrale hydroélectrique du monde, après le barrage des Trois Gorges en Chine (18’000 MW) et celui, brésilien également, d’Itaipu (14’000 MW). Coût prévu pour sa construction qui devrait durer une dizaine d’années : 11,2 milliards de dollars. (Sources : presse brésilienne et internationale)




Mots-clés

À paraître

Glossaire

  • Débâcle

    Dislocation soudaine de la couverture de glace d’un cours d’eau dont les blocs sont alors emportés rapidement par le courant. Lorsqu’il s’agit de la rupture d’une barrière naturelle de glace formant une retenue d’eau, on parle alors de vidange brutale de lac glaciaire (connue sous l’acronyme anglais de GLOF, “Glacial lake outburst flood”). Dans les deux cas, ce phénomène peut entraîner de graves inondations, voire des catastrophes.

Mot d’eau

  • « Et tous ces gens
    dans l’eau ... »

    “Je pense toujours à cette rivière quelque part, avec cette eau qui coule vraiment vite. Et tous ces gens dans l’eau, qui essaient de se raccrocher les uns aux autres, qui s’accrochent aussi fort qu’ils peuvent, mais à la fin c’est trop difficile. Le courant est trop puissant. Ils doivent lâcher prise, se laisser emporter chacun de son côté. Je pense que c’est ce qui nous arrive, à nous.” (Kazuo Ishiguro, "Auprès de moi toujours", 2005)


Contact Lettre d'information