AccueilInfosOn en parle

29 septembre 2011.

Brésil : la justice s’oppose à la construction du barrage de Belo Monte

La justice fédérale de l’Etat du Para, dans le nord du Brésil, a (...)

La justice fédérale de l’Etat du Para, dans le nord du Brésil, a ordonné au consortium Norte Energia de cesser les travaux de construction du barrage hydroélectrique de Belo Monte, sur le fleuve Xingu, dans la forêt amazonienne, fortement contesté par les populations indiennes de la région et par les mouvements écologistes.

Les autorités brésiliennes considéraient cet ouvrage comme un élément essentiel au développement énergétique du pays et avaient d’ailleurs obtenu le feu vert de l’Institut brésilien de l’environnement. Mais, convaincus par les arguments des défenseurs de l’environnement et des pêcheurs, les juges y ont mis leur veto. Ils interdisent, rapportent les agences de presse, tous travaux pouvant modifier le cours naturel du fleuve, porter atteinte à la faune piscicole et priver d’innombrables familles dont la survie dépend exclusivement de la pêche.

Troisième barrage le plus important au monde (s’il était jamais construit) après ceux des Trois-Gorges, en Chine, et d’Itaipu, à la frontière entre le Brésil et le Paraguay, Belo Monte, avec ses 11’200 MW, aurait fourni au pays plus d’un dixième de sa puissance installée, pour un investissement estimé à quelque 11 milliards de dollars. (Source : agences)




Mots-clés

À paraître

Glossaire

  • Débâcle

    Dislocation soudaine de la couverture de glace d’un cours d’eau dont les blocs sont alors emportés rapidement par le courant. Lorsqu’il s’agit de la rupture d’une barrière naturelle de glace formant une retenue d’eau, on parle alors de vidange brutale de lac glaciaire (connue sous l’acronyme anglais de GLOF, “Glacial lake outburst flood”). Dans les deux cas, ce phénomène peut entraîner de graves inondations, voire des catastrophes.

Mot d’eau

  • « Et tous ces gens
    dans l’eau ... »

    “Je pense toujours à cette rivière quelque part, avec cette eau qui coule vraiment vite. Et tous ces gens dans l’eau, qui essaient de se raccrocher les uns aux autres, qui s’accrochent aussi fort qu’ils peuvent, mais à la fin c’est trop difficile. Le courant est trop puissant. Ils doivent lâcher prise, se laisser emporter chacun de son côté. Je pense que c’est ce qui nous arrive, à nous.” (Kazuo Ishiguro, "Auprès de moi toujours", 2005)


Contact Lettre d'information