AccueilInfosOn en parle

2 février 2010.

Brésil : feu vert à la construction du barrage géant de Belo Monte

Le ministère brésilien de l’environnement a donné son feu vert au (...)

Le ministère brésilien de l’environnement a donné son feu vert au projet d’usine hydroélectrique de Belo Monte, sur la rivière Xingu, affluent de l’Amazone. Ce barrage, d’une capacité de production de 11’000 MW et d’un coût de 11 milliards de dollars, est très critiqué pour ses impacts écologiques prévisibles et pour ses conséquences sur la vie des populations indigènes.

Le barrage de Belo Monte, dans l’État du Para, sera le deuxième plus grand barrage brésilien après celui de Itaipu, dans le sud, et le troisième au monde après celui des Trois Gorges, en Chine. Selon le ministère brésilien de l’environnement, un appel d’offres devrait être lancé en avril prochain de telle manière que l’usine hydroélectrique puisse commencer à produire de l’énergie en 2015. Elle fournira alors environ 11% de la puissance installée du Brésil (80% de l’énergie électrique brésilienne est d’origine hydraulique). De son côté, le ministère des Mines a défendu le projet, considéré comme prioritaire car il devrait garantir l’énergie électrique nécessaire à la croissance du pays.

Mais ce projet est depuis longtemps l’objet de nombreuses critiques de la part des organisations écologistes, indigènes et sociales, appuyées par de fortes personnalités, tels l’évêque de Xingu, Erwin Kräutler, et le chanteur britannique Sting. Les critiques portent sur un aménagement qui entraînera en même temps l’inondation de quelque 500 kilomètres carrés de terres, donc des déplacements de populations, et l’assèchement d’une partie de la rivière en aval du barrage, avec de lourdes pertes économiques prévisibles pour les populations indigènes et les petits agriculteurs. À quoi s’ajoute le fait que sa construction attirera probablement plusieurs dizaines de milliers de personnes en quête de travail. (Source : agences)




Mots-clés

Glossaire

  • Drainage

    En hydrologie, c’est l’écoulement naturel de l’eau vers un cours d’eau. Mais le mot s’applique le plus souvent à l’évacuation artificielle des eaux superficielles d’un terrain par le biais de fossés, de canaux ou de systèmes de pompage. Cela permet notamment d’assainir des zones marécageuses, d’assurer une humidité optimale des espaces agricoles ou de renforcer la stabilité des sols.

Mot d’eau

  • La vie, c’est une eau ...

    “La vie n’est pas ce que tu crois. C’est une eau que les jeunes gens laissent couler sans le savoir, entre leurs doigts ouverts. Ferme tes mains, ferme tes mains, vite. Retiens-la. Tu verras, cela deviendra une petite chose dure et simple qu’on grignote, assis au soleil. Ils te diront tout le contraire parce qu’ils ont besoin de ta force et de ton élan. Ne les écoute pas.” (Jean Anouilh, Antigone, 1944)


Contact Lettre d'information