AccueilInfosOn en parle

27 janvier 2011.

Botswana : les Bochimans du Kalahari retrouvent leur droit à l’eau

En juillet 2010, la Haute Cour du Botswana avait rejeté une (...)

En juillet 2010, la Haute Cour du Botswana avait rejeté une plainte des Boshimans réclamant le droit d’accès à leur puits situé dans la Réserve du Kalahari central, une région extrêmement aride dans laquelle ils s’étaient repliés après avoir été chassés de leurs terres par la colonisation. Une Cour d’appel vient d’annuler cette décision qui prescrivait également tout droit de nouveau forage.

Pour les juges, cette population autochtone a le droit non seulement d’utiliser un bien déjà établi sur leurs terres ancestrales du Kalahari mais également de creuser de nouveaux puits. Le tribunal a ainsi rejeté les arguments du gouvernement qui faisait valoir que la présence des Bochimans dans la réserve n’était pas compatible avec la préservation de la faune sauvage, alors même que de nouveaux puits y ont été forés pour des gîtes touristiques, sans parler des concessions minières qui y ont été accordées.

Selon l’ONG Survival International qui appuyait leurs revendications, la Cour d’appel a également qualifié de traitement dégradant l’attitude du gouvernement à l’égard des Bochimans et l’a engagé à leur rembourser les frais du procès en appel. (Source : agences)

- Lire dans aqueduc.info l’article du 21 juillet 2010 :
La longue lutte des Bochimans du Kalahari pour retrouver leurs puits traditionnels




Mots-clés

Glossaire

  • Drainage

    En hydrologie, c’est l’écoulement naturel de l’eau vers un cours d’eau. Mais le mot s’applique le plus souvent à l’évacuation artificielle des eaux superficielles d’un terrain par le biais de fossés, de canaux ou de systèmes de pompage. Cela permet notamment d’assainir des zones marécageuses, d’assurer une humidité optimale des espaces agricoles ou de renforcer la stabilité des sols.

Mot d’eau

  • La vie, c’est une eau ...

    “La vie n’est pas ce que tu crois. C’est une eau que les jeunes gens laissent couler sans le savoir, entre leurs doigts ouverts. Ferme tes mains, ferme tes mains, vite. Retiens-la. Tu verras, cela deviendra une petite chose dure et simple qu’on grignote, assis au soleil. Ils te diront tout le contraire parce qu’ils ont besoin de ta force et de ton élan. Ne les écoute pas.” (Jean Anouilh, Antigone, 1944)


Contact Lettre d'information