AccueilInfosOn en parle

25 février 2006.

Belgique : grande disparité des tarifs d’eau

L’association belge Test Achats a testé l’eau de distribution et en (...)

L’association belge Test Achats a testé l’eau de distribution et en salue la bonne qualité. Sur la base des 66 échantillons prélevés dans l’ensemble du pays, elle conclut à une qualité d’eau « parfaitement potable », avec un bémol en ce qui concerne la présence de nitrates dans certaines zones. Reste que si la Belgique est l’un des pays où l’on utilise le plus de pesticides, fait-on remarquer, les limites légales ne sont pas pour autant dépassées.

Test Achats s’insurge cependant contre le fait que Wallons et Bruxellois se voient appliquer des tarifs qui varient du simple au quadruple, la Région wallonne étant la plus mal lotie, suivie de la Région bruxelloise et de la Flandre. Les écarts peuvent apparaître entre compagnies mais également au sein d’une même compagnie pour des communes différentes. « On est loin de l’application du principe de « pollueur payeur », constate l’association, et d’une tarification solidaire qui exigerait l’inverse. »

Par rapport à une enquête réalisée en 2000, Test Achats a noté une hausse importante des tarifs. « En Wallonie, les premiers m3 sont en moyenne plus chers que les suivants, pénalisant du même coup les petits consommateurs et ceux qui utilisent l’eau de pluie ». L’association demande aux législateurs de « reconsidérer leurs priorités principalement tournées vers la protection et la préservation de la position concurrentielle de certains opérateurs, afin d’éviter que les petits consommateurs ne soient discriminés et pénalisés ». (Source : La Libre Belgique)




Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information