AccueilInfosOn en parle

12 mai 2020.

Beaucoup trop de chlorothalonil dans les eaux souterraines

En de nombreux endroits du Plateau suisse, les eaux souterraines (...)

En de nombreux endroits du Plateau suisse, les eaux souterraines contiennent des métabolites du chlorothalonil qui dépassent les normes légales de concentration admise. L’Office fédéral de l’environnement (OFEV) qui vient de révéler les résultats d’une première estimation à large échelle estime que cette pollution, jugée "considérable", ne pourra pas être résorbée avant plusieurs années et qu’elle exigera beaucoup d’attention de la part des distributeurs d’eau potable.

En Suisse, c’est en 2017 que des résidus (métabolites) de chlorothalonil [1] ont été décelés pour la première fois dans des eaux souterraines. Après une réévaluation du risque sanitaire, décision a été prise en décembre 2019 par l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) de fixer leur valeur limite à 0,1 microgramme par litre. Il y va selon lui de la qualité de l’eau potable dont les 80 %, en Suisse, proviennent précisément des eaux souterraines : les métabolites de chlorothalonil ne peuvent en être éliminés que moyennant un traitement très sophistiqué.

Des analyses menées en 2017 et en 2018 ont permis de faire une première estimation de la pollution des eaux souterraines. Il en ressort que plusieurs métabolites du chlorothalonil y dépassent la valeur limite. Près de la moitié des cantons sont concernés par ces pollutions, notamment : Argovie, Berne, Fribourg, Genève, Lucerne, Schaffhouse, Soleure, Thurgovie, Tessin, Vaud, Zoug et Zurich. Étant donné que les eaux souterraines ne se renouvellent que très lentement et que les métabolites du chlorothalonil sont particulièrement persistants, il faut partir du principe que ces substances porteront fortement atteinte à la qualité des eaux souterraines à large échelle pendant des années encore.

PNG - 194.7 ko
Carte de concentration maximale fondée sur les résultats de quelque 200 stations de mesure
du système d’Observation nationale des eaux souterraines NAQUA : les relevés dénotent une large présence
du chlorothalonil R417888 dans les eaux souterraines du Plateau et de certaines grandes vallées (© OFEV)

Une députée interpelle le gouvernement fédéral

Dans un postulat [2] déposé le 6 mai 2020 au Conseil des États du Parlement fédéral, l’écologiste vaudoise Adèle Thorens s’inquiète de cette situation et du problème qu’elle pose en termes de santé publique. Elle estime que la Confédération porte une part de responsabilité dans cette pollution car, dit-elle, "elle n’a visiblement pas respecté le principe de précaution" et autorisé l’utilisation du chlorothalonil pendant plusieurs décennies.

Elle demande au gouvernement de fournir un rapport détaillé sur l’étendue de la contamination de l’eau potable par les résidus de ce fongicide et sur les risques qu’elle représente pour la population, sur les mesures que devront prendre les communes et sur le soutien financier que celles-ci sont en droit d’attendre de l’État.

Syngenta fait appel à la justice

L’entreprise agroalimentaire suisse Syngenta, qui produit de grandes quantités de chlorothalonil a pour sa part introduit un recours en justice contre l’interdiction de ce fongicide par l’administration fédérale, une interdiction qu’elle estime "incohérente et disproportionnée" : "Pour les agriculteurs, c’est la perte d’un important fongicide pour les céréales et d’un casseur de résistance des maladies. Pour la Suisse en tant que centre de recherche, cette interdiction constitue un dangereux préjudice. L’interdiction met en péril le cadre sûre de l’industrie agricole basée sur la recherche et la sécurité de la planification pour les agriculteurs qui utilisent des produits phytosanitaires pour assurer leurs récoltes. Cette incertitude compromet la fiabilité du processus d’autorisation en Suisse et entrave l’innovation." [3]

(Sources : OFEV / Parlement fédéral / Syngenta)




Notes

[1Le chlorothalonil, lit-on sur le site de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV), est une substance active depuis les années 70 dans les produits phytosanitaires en tant que fongicide. Il est utilisé dans la culture des céréales, des légumes, de la vigne et des plantes ornementales. Mais il a été constaté, dans l’évaluation des risques, qu’un danger pour la santé ne pouvait être exclu pour certains métabolites du chlorothalonil. Les exigences requises pour l’homologation des produits phytosanitaires contenant cette substance n’étant plus remplies, l’Office fédéral de l’agriculture (OFAG) en a interdit, en décembre 2019, l’utilisation avec effet au 1er janvier 2020. En savoir plus sur le site de l’OSAV >

[3Voir sur le site de l’entreprise Syngenta, en date du 10 février 2020, les "Faits relatifs à l’interdiction contradictoire du chlorothalonil en Suisse".

Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information