AccueilInfosOn en parle

23 décembre 2008.

Barrage turc d’Ilisu : garanties suisses suspendues

La Suisse, à l’instar de l’Allemagne et de l’Autriche, a décidé de (...)

La Suisse, à l’instar de l’Allemagne et de l’Autriche, a décidé de suspendre les activités de ses entreprises participant au projet controversé du barrage d’Ilisu en Turquie. Si ce pays ne remplit pas ses engagements dans un délai de six mois, les trois pays se retireront définitivement du projet. D’ici là, un comité d’experts indépendant et les assurances de crédit à l’exportation des trois pays continueront leur surveillance du projet dont ils attendent qu’il respecte les normes émises par la Banque mondiale.

Selon un communiqué de l’Assurance suisse contre les risques à l’exportation (SERV), les progrès observés ces dernières semaines dans la planification du maître d’œuvre turc ne suffisent pas à autoriser les travaux de construction. Par ailleurs les agences d’assurances à l’exportation ont eu connaissance d’expropriations non conformes aux conventions.

Pour la Déclaration de Berne, organisation non gouvernementale suisse militant pour un développement solidaire, cette décision sonne le glas du projet. Sa porte-parole Christine Eberlein ne croit pas à la capacité d’Ankara de remplir à temps les conditions par les assureurs, d’autant plus que les autorités turques, selon elle, n’ont fait jusqu’ici aucun effort dans ce sens.

Ankara avait jusqu’à la mi-décembre pour remplir plus de 150 conditions dans les domaines de la protection de l’environnement, des biens culturels et de la population fixées par les agences de garantie à l’exportation des trois pays pour ce barrage situé dans le sud-est du pays.

Les autorités turques avaient cependant fait savoir que le barrage serait construit quelle que soit la décision des trois pays européens et même si cela devait prendre beaucoup plus de temps que prévu. Compte tenu de la conjoncture financières internationale, il sera en effet difficile à Ankara de trouver des financements complémentaires.

Le projet de barrage à Ilisu, près de la frontière irakienne, date des années 1980. Il porte sur la construction de 19 centrales électriques d’une capacité totale de 1’200 mégawatts, couvrant ainsi 3% des besoins énergétiques de la Turquie. Son coût est estimé à un milliard d’euros.

Quatre entreprises suisses – Alstom, Colenco, Maggia et Stucky – bénéficiaient jusqu’ici d’une garantie pour les risques à l’exportation de la part du gouvernement suisse à hauteur de 225 millions de francs (environ 150 millions d’euros). (Sources : agences et presse suisse)

Liens utiles

- Assurance suisse contre les risques à l’exportation
- Déclaration de Berne, projet Ilisu




Mots-clés

À paraître

Glossaire

  • Débâcle

    Dislocation soudaine de la couverture de glace d’un cours d’eau dont les blocs sont alors emportés rapidement par le courant. Lorsqu’il s’agit de la rupture d’une barrière naturelle de glace formant une retenue d’eau, on parle alors de vidange brutale de lac glaciaire (connue sous l’acronyme anglais de GLOF, “Glacial lake outburst flood”). Dans les deux cas, ce phénomène peut entraîner de graves inondations, voire des catastrophes.

Mot d’eau

  • « Et tous ces gens
    dans l’eau ... »

    “Je pense toujours à cette rivière quelque part, avec cette eau qui coule vraiment vite. Et tous ces gens dans l’eau, qui essaient de se raccrocher les uns aux autres, qui s’accrochent aussi fort qu’ils peuvent, mais à la fin c’est trop difficile. Le courant est trop puissant. Ils doivent lâcher prise, se laisser emporter chacun de son côté. Je pense que c’est ce qui nous arrive, à nous.” (Kazuo Ishiguro, "Auprès de moi toujours", 2005)


Contact Lettre d'information